NETTALI.COM – Le nom de Khalifa Sall ne figure pas sur la liste des détenus graciés par le chef de l’Etat. Ce qui ne veut point dire qu’à l’heure où nous mettons en ligne, qu’elle est compromise.  Le contexte de dialogue fonde en effet l’optimisme de certains analystes et acteurs politiques, qui s’attendaient à sa libération.

Selon un communiqué du ministère de la Justice diffusé ce dimanche, quatre cent vingt-six (426) personnes condamnées pour des infractions diverses et incarcérées dans différents établissements pénitentiaires du Sénégal dont trois cent soixante-dix (370) remises totales de peines et cinquante-six (56) remises partielles, viennent de bénéficier de la grâce présidentielle.

Khalifa Sall n’est pas sur la liste de Macky Sall, alors que des voix se font entendre depuis quelques temps pour demander sa libération. D’ailleurs, de hautes figures de la Société civile et d’autres personnalités du monde politique ont porté une lettre au chef de l’Etat, militant pour la libération de l’ex-maire de Dakar.

EnQuête, lors de son édition du week-end dernier, informait qu’ il y a des manœuvres au sommet pour faire libérer Khalifa Sall avant la Tabaski, puisque, selon le quotidien, il n’y a plus d’obstacle juridique pour empêcher une grâce présidentielle. Nos confrères relient cette possibilité à l’une des dernières volontés de Ousmane Tanor Dieng et à un vent de décrispation qui souffle sur les relations entre le régime et la frange du Parti socialiste qui soutient l’ex-édile de la capitale, à la faveur du dialogue politique susmentionné.

En outre, prenant la parole à la cérémonie d’ouverture du dialogue politique en cours, Soham Wardini a, s’adressant au chef de l’Etat, exprimé son souhait de voir son prédécesseur être libéré dans les meilleurs délais. Un appel qui a reçu un écho favorable dans les oreilles du président Macky Sall. Celui-ci avait donné son accord de principe, non sans assujettir  la satisfaction de cette demande au respect  de la séparation des pouvoirs.

Toutefois, malgré la publication de la liste, des sources de nettali.com précisent que cette grâce peut intervenir à n’importe quel moment (à la dernière minute, après la Tabaski ou à un autre moment) et que celle-ci est une prérogative du président de la République. Il y a juste, ajoute une de nos sources, l’usage qui veut que cette mesure s’exerce pendant les quatre grandes fêtes (fins d’année, 4 avril, Korité et Tabaski).