NETTALI.COM – 20 ans de travaux forcés. C’est la peine requise ce mardi 10 février 2020 contre Seynabou  Ndiaye, la marâtre, accusée d’avoir fait perdre la vue aux deux filles de son époux. Jugé par contumace,  Modou Guèye, le père des enfants risque 3 ans ferme alors que l’avocat des victimes réclame 500 millions F Cf de dommages et intérêts.

Accusée d’avoir provoqué la cécité de ses belles-filles âgées de 7 et 10 ans, en mettant du savon dans leurs yeux, la dame Seynabou Ndiaye faisait face à la chambre criminelle de Dakar. Et si en rendant sa décision, la chambre suit le parquetier dans ses réquisitions, la dame risque d’être condamnée à 20 ans de travaux forcés. Quant au père des enfants, absent à la barre, le maître des poursuites a requis 3 ans ferme contre lui.

Auparavant, l’avocat des parties civiles a réclamé la somme de 250 millions F CFA pour chacune des filles qui seraient devenues aveugles, suite aux accusations contre leur marâtre d’avoir mis du savon liquide dans les yeux et du gasoil dans leur cuir chevelu.

Pour rappel, les faits se sont produits en 2015 à Darou Salam 1, dans la commune de Yeumbeul. Le 16 mai 2015, le délégué de quartier et l’imam du quartier, respectivement Babacar Cissé et Mamadou Diop, accompagnés par des notables, avaient dénoncé la maltraitance dont Fatou Guèye et Nogaye Guèye feraient l’objet.

Attraite à la barre de la chambre criminelle de Dakar  pour les chefs d’inculpation de coups et blessures volontaires ayant entraîné la cécité sur deux enfants de moins de 15 ans par une personne ayant autorité sur la victime, Seynabou Ndiaaye a plaidé non coupable. Elle a contesté avoir exercé des violences sur les filles âgées de 3 ans et 5 ans à l’époque. Elle les frappait avec la main pour les corriger lorsque c’était nécessaire, dit-elle.

Son avocat a demandé que les faits soient requalifiés en violences et voies de faits et qu’une expertise soit ordonnée pour vérifier si les coups ont causé la cécité.

Verdict le 25 février 2020