NETTALI.COM – Que cache la manœuvre de Boune Abdallah Dionne qui, réagissant au livre de Pape Alé Niang sur la gestion du Centre des Œuvres universitaires de Dakar (COUD) par Cheikhou Oumar Hanne, a semblé défier tous les codes de bonne gouvernance ?

Voilà quelqu’un qui, tout en présentant le chef de l’Etat comme « un champion de la bonne gouvernance » ne se prive pas de tenter de jeter le discrédit sur les membres des corps de contrôle quand il déclare : « Il y a de faux saints et de fausses saintes à qui on donnerait la terre entière alors qu’ils ne font que tromper le peuple. Il y a des gens qui se disent vérificateurs, si on fouillait leur gestion, ils se seraient terrés. Moi, en tout cas, si on fouille ma gestion, on va me délivrer un certificat de bonne vie et mœurs. Je suis à l’aise sur cela, ce n’est pas le cas pour certains qui passent tout leur temps à parler de bonne gouvernance ».

Sa diatribe atteint son paroxysme et côtoie le sommet de l’impertinence quand il ajoute, usant d’un langage gargantuesque : « Ce rapport est un fromage d’hollande. Il y a eu plus de trous que de gruyère. Le chef de mission de vérification de ce rapport est un Français. Il est rentré. Il a démissionné. Je ne sais pas, d’ailleurs, qui l’a fait venir et pourquoi. En tout cas, il a fait le rapport et il est parti nous laissant ici ce bruit qui ne mérite pas qu’on s’y attarde ».

Boun Abdallah Dione, oublie-t-il que le travail des corps de contrôle est destiné au chef de l’Etat et que ce dernier pourrait subir l’effet boomerang de la politique de lutte contre la corruption si l’ancien Premier ministre et secrétaire général de la Présidence de la République remet en cause le travail de l’OFNAC ?

«Le bilan du Président Macky Sall ne se discute pas. Mais son bilan, c’est d’abord la discipline parce qu’il est discipliné. Et qui dit discipline dit gouvernance. J’ai vu hier (samedi, ndlrdes gars réunis pour, disent-ils, présenter je ne sais un livre ou un rapport. Je dis que ce n’est pas un livre, mais un rapport sans contrepartie», a fait savoir celui-ci. En faisant ce commentaire-là, Boun Abdallah est d’ailleurs hors sujet, en plus d’être irrespectueux car il n’est nullement ici question de bilan du Président qui ne saurait d’ailleurs être réduit à la présentation d’un rapport. De plus comment peut-il traiter de respectables et honnêtes citoyens de « gars » ? Des propos tout simplement déplacés. Pape Alé Niang devrait certainement être remercié pour avoir permis l’accès aux moindres détails de ce rapport auquel il offre finalement davantage de visibilité. Nous voyions Dionne ou Cheikh Oumar Hann commenter le livre de manière sereine et responsable avec force d’arguments. Pourquoi Cheikh Oumar attendrait-il ce moment-là pour menacer ou promettre de répondre à ce rapport ? Mody Niang, ancien membre de l’Ofnac nous a appris que l’ex DG du Coud « avait copieusement insulté le chef de mission de l’Ofnac »

Au finish, c’est à se demander si l’ancien premier ministre  n’est pas en train de dire aux personnalités épinglées dans les rapports d’audit : « Servez-vous, il ne vous arrivera rien. Car dans ce pays, tout le monde est pareil ». Il ne s’arrête pas sur les faits dénoncés dans le livre de Pape Alé, alors que son niveau de responsabilités devait l’amener à demander davantage de transparence dans la conduite des charges publiques, s’il est vrai que « la gouvernance sobre et vertueuse » énoncée, repose toujours sur une réelle volonté de lutter contre la corruption. Pas plus tard que ce lundi, le président de la République Macky Sall a annoncé la mise en place d’une commission qui aura pour mission d’exploiter des rapports de la Cour des comptes.

Toutes choses qui nous amènent à penser qu’Abdallah Dionne, que Macky sall n’a pas manqué d’égratigner lors de sa sortie du 31 décembre 2019, quand il avouait avoir supprimé la Primature pour « accélérer la cadence » de l’action gouvernementale, au point de nommer deux secrétaires généraux adjoints à la Présidence, cherche maladroitement à se donner une seconde vie politique. Vouloir donner des gages au président de la République, ne nécessite pas qu’on se compromette de cette manière-là. Cette posture-là est tout simplement indigne, anti-républicaine et irresponsable.