NETTALI.COM  – Les services du ministère de la Santé n’ont pas perdu beaucoup de temps. 24 heures après la sortie de Dr Babacar Niang soutenant que du matériel du public est vendu aux structures sanitaires privées, ils ont brandi une plainte pour diffamation. Seulement, Abdoulaye Diouf Sarr et ses gars semblent avoir oublié que le journaliste Madiambal Diagne avait, il y a quelques semaines, proféré les mêmes accusations.

“Du matériel du public est vendu aux structures sanitaires du privé.” Ce sont les propos tenus dimanche 1er Août sur Iradio par Dr Babacar Niang du Samu national. Il n’en fallait pas plus pour que le ministère de la Santé et de l’Action sociale brandisse une plainte. Abdoulaye Diouf Sarr et compagnie dénoncent des “propos diffamatoires, de nature à porter le discrédit sur les efforts déployés dans le cadre de la lutte contre la pandémie au Sénégal“.

Que l’on se comprenne bien. Le ministère de la Santé est dans son droit de porter plainte. C’est même une obligation, s’il se sent diffamé. Mais c’est à croire que le ministre Abdoulaye Diouf Sarr et ses collaborateurs ne lisent pas les journaux. Encore moins écouter la radio. Sinon, ils auraient certainement compris que ce que la presse qualifie de “révélations fracassantes” de Dr Niang, est loin d’être le cas. En effet, le 19 juillet 2021, Madiambal Diagne brandissait les mêmes accusations dans une de ses chroniques intitulée : “Serigne Babacar Sy Mansour, l’exemple“.

Les Centres de traitement des épidémies (Cte) avaient été démontés alors que la pandémie n’était pas encore vaincue. On découvre, comme par enchantement, que toutes les cliniques médicales privées de Dakar qui ne disposaient pas de matériels et autres appareils respiratoires ont pu s’en doter après le démantèlement des Cte“, écrivait le patron du groupe “Avenir communication”. Et d’ajouter : “Allez savoir, mais une telle coïncidence est fort troublante ; surtout qu’on assiste à la naissance d’un nouveau business, apparemment lucratif et qui se développe, avec des privés disposant d’appareils respiratoires qu’ils mettent à disposition de malades restés à domicile faute de places à l’hôpital ou ne pouvant bénéficier d’une assistance respiratoire au niveau des structures hospitalières.”

C’est dire que Diouf Sarr serait bien inspiré de brandir la même plainte contre le journaliste Madiambal Diagne, s’il veut avoir un semblant de crédibilité. A moins que…