NETTALI.COM – Les médecins de l’Hexagone sont désormais priés d’orienter vers le Samu toute personne «présentant une infection respiratoire aiguë», notamment si elle a séjourné dans la ville de Wuhan en Chine.

Le virus « cousin » du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) qui sévit en Chine depuis la mi-décembre va-t-il finir par arriver en France? Provoquant toux et fièvre, baptisé par les chercheurs, « 2019-nCOV », sa transmission d’humain à humain vient d’être avérée. Voilà qui risque de faire encore monter d’un cran l’inquiétude des autorités sanitaires. Car « nCOV » galope. En Chine, où il a déjà fait six morts et gagné le nord comme le sud du pays, mais aussi dans le reste de l’Asie.

C’est lors de ces dernières 78 heures que tout a basculé, avec trois nouveaux pays touchés (la Thaïlande, le Japon et la Corée du Sud) et plus de 220 malades souffrant de pneumonie, recensés en Chine par les autorités chinoises, contre… 45 la semaine dernière.

« La vigilance vient d’être déclenchée en France » explique-t-on chez Santé publique France. Depuis vendredi, tous les médecins de l’Hexagone sont donc invités à orienter « pour analyse clinique », vers le Samu ou « un infectiologue référent », toute personne « présentant une infection respiratoire aiguë, quelle que soit sa gravité, ayant voyagé ou séjourné dans la ville de Wuhan en Chine dans les 14 jours précédents la date de début des signes cliniques ou ayant eu un contact étroit avec une personne tombée malade dans cette ville. »

«On pense que sa source est d’origine animale»

C’est d’un marché aux poissons de cette agglomération de 11 millions d’habitants du centre de la Chine, reliée directement par avion, aux Etats-Unis, à l’Europe qu’est parti ce virus, dont les chercheurs tentent de cerner le profil. « Il est à 80 % identique au Sras, explique Arnaud Fontanet virologue à l’institut Pasteur/Cnam, et comme pour le Sras, on pense que sa source est d’origine animale, mais lequel précisément, on ne sait pas encore » précise-t-il.

Sa durée d’incubation est également une énigme. « Pour l’instant, on se base sur celle du SRAS, à savoir que les premiers symptômes apparaîtraient entre le 5e et le 14e jour après l’infection, mais il nous faudra encore une quinzaine de jours pour y voir clair » précise le scientifique, frappé tout de même par l’analogie avec la pandémie du Sras, il y a 18 ans. « Certes, les personnes décédées étaient toutes âgées et déjà malades, cela veut dire le virus n’est pas très virulent, mais s’il mute, cela peut devenir embêtant », observe-t-il.

Faut-il filtrer les passagers qui reviennent de Wuhan, comme viennent de le faire les autorités américaines ? Depuis quatre jours, que ce soit à l’aéroport de Los Angeles, San Francisco ou JFK (John Fitzgerald Kennedy) de New York, une centaine d’agents prennent systématiquement la température des voyageurs en provenance directement de Wuhan.

Des consignes de précaution

Efficace ? « Cela permettra d’attraper au passage quelques cas. Mais c’est tout sauf infaillible, surtout si la durée d’incubation s’avère assez longue », observe Arnaud Fontanet. Pour l’instant donc, au départ de Roissy d’où partent chaque semaine six vols pour Wuhan, pas de comité d’accueil. « L’OMS ne préconise pas à ce stade de restrictions des voyages ni la mise en place de procédures de dépistage », explique-t-on à la direction générale de la santé (DGS).

Avec Le parisien.fr