NETTALI.COM – Le franc Cfa sera bientôt remplacé par l’Eco. Annonce faite ce samedi à Abidjan par le président ivoirien. Aux côtés du Français Emmanuel Macron, Alassane Ouattara a indiqué que les huit pays de la zone franc en Afrique de l’Ouest vont couper les liens techniques avec le Trésor et la Banque de France.

Les huit pays de la zone franc vont bientôt pouvoir gérer, eux-mêmes, leur monnaie. Ce, sans interférence de la France. C’est en tout cas ce que soutient Alassane Ouattara dans des propos remportés par Radio France international (Rfi) sur son site Internet. Le président ivoirien s’est exprimé sur la question ce samedi à Abidjan aux côtés du chef de l’Etat français. Emmanuel Macron séjourne en Côte d’Ivoire cette semaine. Le franc Cfa va donc disparaitre de l’Afrique de l’Ouest comme le réclament de nombreux activistes et panafricanistes à l’image des jeunes Sénégalais du mouvement «Frapp-France dégage».

«Par un accord avec les autres chefs d’Etat de l’Uemoa, nous avons décidé de faire une réforme du franc Cfa avec trois changements majeures», a indiqué Alassane Ouattara. Qui explique : «Tout d’abord, le changement du nom de la monnaie du franc Cfa à l’Eco. Deuxièmement, l’arrêt de la centralisation de 50% de nos réserves de change au Trésor et la fermeture du compte d’opération. Troisièmement, le retrait des représentants de la France de tous les organes de décision et de gestion de l’Uemoa.» Rfi souligne, d’ailleurs, que «cet éco à huit pays deviendra donc le noyau dur de la future devise de la Cedeao».

Cette réforme fera passer la France du statut de cogestionnaire à celui de garant. «Paris passe d’un rôle de cogestionnaire à un rôle de garant. Mais ce faisant, la France s’est assurée de conserver une relation économique particulière avec les pays de la zone Uemoa. Paris affirme que cette évolution est rendue nécessaire par le projet de monnaie commune de la Cedeao», lit-on sur le site de Radio France internationale. La même source ajoute que «l’Eco conservera une parité fixe avec l’euro, ce qui garantit la même valeur de la monnaie pour les consommateurs. Cette disposition pourrait évoluer avec le temps et en fonction de la volonté des autres pays de la Cedeao lorsqu’ils voudront rejoindre l’éco».