NETTALI.COM – Annoncé en grande pompe, le parti de Me Madické Niang ne verra pas le jour. Le ci-devant candidat à la présidentielle de février 2019 a décidé de renoncer pour, dit-il, respecter le ndigël du khalife général des mourides.

«Je ne vous vois pas réussir dans un parti politique. Par conséquent, je vous recommande de vous mettre au service de tout le peuple.» Ces propos du khalife général des mourides à l’endroit de Me Madické Niang ont fait couler beaucoup d’encre et de salive ces derniers temps. Chacun y allant de son interprétation. Mais pour le principal concerné, cette déclaration sonne comme un ndigël (instruction). Le chef de la coalition «Madické 2019» a ainsi décidé de renoncer à son projet de création d’un parti politique. Il a, d’ailleurs, rencontré ce mardi ses compagnons avec lesquels il avait quitté le Parti démocratique sénégalais (Pds) pour leur faire part de sa décision de «respecter strictement le ndigël» de Serigne Mountakha Bachir Mbacké. Me Madické Niang va également rencontrer, dans les prochaines heures, les autres personnalités et chefs de parti qui avaient soutenu sa candidature à la présidentielle de février 2019.

Pourtant, d’après ses proches collaborateurs, l’ancien ministre des Affaires étrangères avait bel et bien l’intention de monter sa propre formation politique. C’est, d’ailleurs, Amadou Diarra, ancien du Pds et maire de Pikine Nord, qui dirigeait le comité de pilotage mis en place pour travailler à la création du parti finalement mort-né de Me Madické Niang. Mieux, l’avocat avait commencé à transformer une de ses villas pour en faire la permanence nationale de son parti. Aujourd’hui, toutes ces initiatives sont arrêtées pour, dit-on, respecter le ndigël du khalife général des mourides. Mieux, Me Madické Niang tourne également le dos à la «Grande coalition» qu’il avait récemment créée en compagnie des Pape Diop, Idrissa Seck, Cheikh Adjibou Soumaré, El hadji Malick Gackou… «Il va rencontrer tous ces leaders pour les informer de sa décision de quitter la Grande coalition dont il est d’ailleurs le porte-parole», confie un proche de Me Madické Niang. Qui ajoute : «Il ne peut plus être dans l’opposition ni avec le pouvoir.»

Toutefois, l’ancien ministre ne quitte pas pour autant la politique. S’il renonce à toute appartenance  à un parti politique, Me Madické Niang compte bien continuer à assumer son rôle dans l’espace politique. Ce, en position comme un médiateur.