NETTALI.COM – Lors d’une rencontre tenue au mouvement de novembre pour évaluer le Pacte de stabilité sociale et d’émergence économique, des syndicalistes avaient relevé que le gouvernement n’avait pas respecté ses engagements. Ainsi, Macky Sall, qui était contre toute augmentation des salaires, est-il en passe de desserrer l’étau ?

Au cours de la réunion du Conseil des ministres de ce mercredi, le chef de l’Etat, abordant la question de l’ancrage durable du dialogue social et de l’accélération de l’adoption d’un nouveau pacte national de stabilité sociale et d’émergence économique, a demandé aux ministres chargés respectivement de la fonction publique, des finances et du Budget, de l’éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la formation professionnelle de privilégier, dans l’esprit des accords signés, un dialogue social dynamique et constructif avec les partenaires sociaux.

Le chef de l’Etat a en outre invité le ministre du Travail et du dialogue social à accélérer les processus d’évaluation, d’actualisation du plan d’actions et de signature du Pacte national de Stabilité sociale et d’Emergence économique, conformément à la phase II (2019-2024) du Plan Sénégal Emergent.

Macky Sall est-il en train de jouer la carte de l’apaisement, après avoir mis les syndicalistes en colère, quand, à l’occasion de la cérémonie de remise des Cahiers de doléances, le 1er mai dernier, au Palais de la République, il avait écarté toute augmentation des salaires.

Lors de la réunion d’évaluation dudit pacte durant la première quinzaine du mois de novembre 2019, le ministre du Travail, du Dialogue social et des Relations avec les institutions, Samba Sy, a reconnu qu’ils n’ont pas fait tout ce qu’ils escomptaient, mais que ‘’des avancées significatives ont été notées’’. Un avis que partage le secrétaire général de la Cnts, Mody Guiro, qui parle de ‘’résultats mitigés’’. ‘’Il est fort regrettable de constater l’écart existant entre les actions prévues et leurs niveaux de réalisation ; et cela ne favorise pas la reconduction d’un pacte, si l’on sait, d’ores et déjà, que le respect des engagements pose problème’’, dira le patron de la Cnts.

Le pacte de stabilité sociale et d’émergence économique, signé entre le gouvernement, les employeurs et les travailleurs, devait  contribuer à apaiser l’atmosphère de travail au Sénégal. Pour mémoire, la première conférence sociale, tenue les 14 et 15 avril 2014, avait abouti à deux principaux résultats : l’élaboration d’une feuille de route sociale et la signature du Pacte national de stabilité sociale et d’émergence économique. Ce pacte était signé pour une période de trois ans.