NETTALI.OM – L’ancien chef de cabinet du ministre d’Etat Karim Wade sort l’artillerie lourde contre les frondeurs. Il prête à Oumar Sarr et Cie de vouloir déstabiliser le Parti démocratique sénégalais de l’intérieur. Toutefois, celui qui fut un éminent théoricien de la Génération du Concret croit savoir que l’entreprise des “rebelles” est vouée à l’échec.

Le chamboulement des instances du Parti démocratique sénégalais (Pds), décidé par le secrétaire général national, Me Abdoulaye Wade, soulève toujours des vagues, sur fond de partition de cette formation politique qui a dirigé le Sénégal pendant 12 ans.

Ainsi, Bachir Diawara, qui dénie la qualité de militant aux membres de And Suxali Sopi, rassure les troupes quant à la résilience du parti sopiste. “En 1996, Oumar Sarr a été promu par le président Abdoulaye Wade. Personne n’a contesté, y compris les leaders du parti, à cette époque. Lui-même n’a pas contesté, parce que la décision lui a été favorable. Aujourd’hui, il conteste les textes et règlements qui lui ont permis d’accéder à ces niveaux de décision. Malgré tout ce qu’ils font, le Pds reste fort. Ces forces obscures ne peuvent pas déstabiliser le Pds. Et personne d’autre ne peut installer une crise au sein du Parti démocratique sénégalais. Le sabotage ne passera plus’’, a dénoncé  le nouveau secrétaire général national en charge des télécommunications, lors d’une conférence de presse animée hier par les libéraux de la commune de Thiès.

Bachir Diawara, qui soutient que les cadres, les anciens, les jeunesses libérales, les femmes du parti à Thiès “sont totalement en phase avec le Sg national Me Abdoulaye Wade’’, souligne que ce réaménagement, va redonner un nouveau souffle au parti, pour les échéances à venir.

Il rappelle, en définitive, que de Serigne Diop à Me Madické Niang, tous ceux qui ont défié l’autorité du pape du Sopi n’ont pas obtenu gain de cause.