NETTALI.COM – Loin de se retirer sur l’Aventin, le Front pour une Révolution Anti impérialiste Populaire et Panafricaine n’entend pas dormir sur ses lauriers malgré la libération de Guy Marius Sagna. Dans un communiqué parvenu à nettali.com ce vendredi, le mouvement dresse un tableau sombre de la gestion de Macky Sall et fustige « les arrestations arbitraires ».

« Aujourd’hui, s’achève sa détention arbitraire. C’est donc une injustice qui prend fin face au ridicule et l’engagement de tous les citoyens du monde épris de justice contre le kidnapping politico-judiciaire dont il a fait l’objet, pendant quatre semaines, loin des siens et loin du combat citoyen qu’il a certainement hâte de recommencer », écrit d’emblée le Front pour une Révolution Anti impérialiste Populaire et Panafricaine.
« Guy Marius Sagna est en bonne santé. Il est rentré auprès de sa famille. Sa fille est certainement la plus heureuse. Elle embrassera de nouveau son papa. Nous lui exprimons encore une fois, à lui et à sa famille, toute notre solidarité et notre affection », se réjouit le document, signé de la coordination nationale du mouvement.

Le communiqué de détailler : « L’arrestation et la détention arbitraires de notre camarade ont permis de conscientiser et de libérer la parole de nos concitoyens sur beaucoup de sujets d’importance fondamentale parmi lesquels :
1) Le manque d’infrastructures de santé de haut niveau malgré l’existence de médecins de haut niveau ; le plateau médical vétuste de nos rares hôpitaux et surtout la solution ingrate et facile de nos autorités de se faire soigner aux frais du contribuable à l’étranger. Les récents remerciements du ministre de la santé à Mercy-ships sont le signe que la culture de la main tendue est bien encore sous nos cieux une technique de gouvernance qui ne fait nullement honte à ceux qui nous dirigent. Pourtant le bilan du régime en la matière est sans appel : zéro (0) hôpital construit en 7 ans malgré 22000 milliards de budget. Au moment où ces lignes sont écrites, le seul scanner de l’unique hôpital de la région de Saint-Louis est en panne depuis 4 mois. Nous attendons vivement la réaction du ministre de la santé.
2) L’auto-terrorisme d’Etat. Oui, nous avons l’impression que l’Etat s’auto-terrorise pour être dans le vraisemblable du moment. Après les arrestations et les emprisonnements arbitraires de nombreux de nos concitoyens pour terrorisme imaginaire tels que l’Imam Ndao, Moustapha Diatta, Saer Kebe, Ousseynou Diop etc., le gouvernement cherche encore aujourd’hui à nous familiariser avec la peur. Les simulations d’attaques terroristes volontairement tournées contre les ressortissants de pays impérialistes ne sont ni rassurantes ni objectives, car la terreur ne connait pas les nationalités lorsqu’elle frappe. Aussi le FRAPP soutient que l’Etat français, qui a publiquement soutenu et remercié le groupe terroriste Al-nos-ra ne peut se prévaloir d’aucun titre, d’aucune légitimité pour justifier un quelconque partenariat avec le Sénégal dans le domaine de la lutte contre le terrorisme.
3) La détention arbitraire de notre camarade a permis tout aussi de rappeler la situation carcérale désastreuse dans notre pays marquée par la banalisation des traitements inhumains et dégradants dans nos lieux de détention.
4) La détention arbitraire de notre camarade a permis enfin de mettre à jour le recul démocratique ainsi que la flagrante fragilité de nos droits et libertés fondamentaux devant un procureur de la République totalement à la solde de la coalition au pouvoir 
».

« Pour le FRAPP, notre camarade ne bénéficie point d’une liberté provisoire, il recouvre sa totale liberté que la justice politique lui avait arbitrairement confisquée ! », souligne-t-on.

« Par contre, nous sommes persuadés que pour l’Etat policier que nous avons en face nous, nous sommes tous en situation de liberté provisoire, en liberté surveillée !
Par ses arrestations musclées et planifiées, le régime, comme tous les régimes despotiques, ne cesse de nous rappeler qu’il s’est complètement accommodé avec l’arbitraire. Par ses emprisonnements expéditifs, le régime nous montre tout aussi qu’il s’est totalement affranchi des règles élémentaires de l’Etat de droit
 », poursuit le texte.
« Par conséquent, face à ces dérives liberticides employées à des fins de terreur, le FRAPP suggère le maintien des plaintes contre l’Etat du Sénégal aussi bien devant la Cour de justice de la CEDEAO que devant la Commission de l’ONU contre la détention arbitraire.
Dans les prochains jours, le camarade Guy Marius Magna se prononcera pour parler aux sénégalais et remercier tous ceux qui l’ont soutenu »,
annonce FRAPP.
« Le FRAPP exprime vigoureusement son indignation contre les intimidations à l’égard de Clédor Sène et d’Idrissa Fall Cissé : la première victime d’une tentative d’arrestation arbitraire, le second de la nouvelle routine de l’arrestation arbitraire le jour même de la Tabaski. A eux nous exprimons notre
solidarité et exigeons, encore une fois, la libération sans délai du journaliste Adama Gaye », termine le communiqué.