NETTALI.COM – Le Sénégal reçoit, à partir du 9 août prochain, le «Mercy ships», un bateau-hôpital avec à son bord plus de 400 personnes. En principe, ces spécialistes de la santé viennent pour soigner gratuitement des centaines de Sénégalais. Mais dans les faits, l’Etat va bel et bien mettre la main à la poche. Résultat : les grincements de dents ne manquent pas au ministère de la Santé où on dénonce une impréparation, mais aussi et surtout des dépenses inutiles qui auraient pu servir à construire des infrastructures de santé de qualité.

 «Mercy ships». Le nom ne dit pas grand-chose à la majorité des Sénégalais. Beaucoup n’en ont jamais entendu parler. Pourtant, ce bateau-hôpital est attendu à Dakar le 9 août prochain, avec à son bord plus de 400 personnes et un plateau médical des plus performants. D’après les sources de Nettali.com, le «Mercy ships» fera escale à Dakar à la demande des autorités sénégalaises pour des soins chirurgicaux gratuits. «Le navire-hôpital conçu uniquement pour la médecine difficile arrivera avec des spécialistes réputés», confie un médecin sénégalais. Ces spécialistes vont en fait prendre en charge et de manière gratuite les interventions comme la chirurgie maxillo-faciale et les Orl, la gynécologie  reconstructive, l’ophtalmologie, l’orthopédie, la pédiatrie, la plastique générale… Ils contribueront également au renforcement des capacités des professionnels de la santé locaux dans des domaines comme les soins dentaires et l’hygiène buccale.

Dans le principe donc, la mission du «Mercy ships» est des plus nobles. Toutefois, son arrivée fait grincer des dents chez les acteurs de la santé. Pourquoi ? Beaucoup soutiennent que cette «escale» à Dakar est loin d’être gratuite contrairement à ce que disent les autorités sénégalaises. «Ils ont réclamé pour la prise en charge des patients plus d’un milliard quatre cent millions de francs Cfa», jure un employé du ministère de la Santé. Et de s’interroger : «Où est la gratuité dans ça ?». «Je ne peux pas confirmer si c’est un milliard quatre cent qu’ils ont demandé ou pas. Par contre, je peux vous affirmer que cette arrivée du navire-hôpital n’est pas gratuite contrairement aux dires des autorités», soutient un leader syndical. Non sans ajouter que «l’argent investi pour faire venir ce bateau aurait pu permettre d’acheter des équipements médicaux, mais aussi recruter des spécialistes du même niveau que ceux du Mercy ships».

L’attitude du ministre Abdoulaye Diouf Sarr est aussi fustigée. Il est reproché au patron du département de la Santé de n’avoir pas associé le personnel de santé à ce projet. Est-ce qu’il est prévu des interventions post-opératoires? Est-ce que cet investissement ne peut pas aider à construire un hôpital ou à acheter du matériel médical ? Aujourd’hui avec Ebola qui sévit dans certains pays, est-ce que ces 400 personnes ne doivent pas subir des tests avant de débarquer au Sénégal ? Autant de questions qui taraudent l’esprit des spécialistes. Ces derniers déplorent également le manque de communication. Ce qui fait, selon eux, que les populations ne savent rien du séjour de ce navire-hôpital.