NETTALI.NET – Pastef-Les P atriotes tient le Président Macky Sall pour responsable de tout ce qui pourrait arriver aux citoyens sénégalais en cas d’escalade de la violence. Les camarades d’Ousmane Sonko expriment leur colère après «l’attaque subie» par leur leader lors de la manifestation de la plateforme Aar Linu Bokk, le 14 juin dernier.

Dans un communiqué signé par son comité de pilotage, Pastef-Les Patriotes soutient avoir relevé «un fait grave qui ne saurait prospérer au risque de voir s’installer au Sénégal, une violence sans précédent». Et Pastef d’exprimer «son indignation et sa colère face à l’attaque subie par son leader (…), contre lequel un policier a dirigé son arme à feu. Pendant que des criminels économiques sont protégés et courent toujours impunément». D’ailleurs, poursuit la même source, «n’eussent été le professionnalisme et la bravoure de ses gardes du corps et le calme de ses militants, la situation aurait pu dégénérer …» Ainsi, Ousmane Sonko et ses partisans regrettent que «les forces de défense et de sécurité chargées d’assurer la sécurité des citoyens, soient utilisées comme arme politique pour casser de l’opposant». Aussi, appellent-ils le Président Macky Sall à «plus de sérénité et de sagesse afin de ne pas verser dans l’escalade de la violence». Quoiqu’il en soit, Pastef dit tenir «Macky Sall et son gouvernement pour responsable de tout ce qui pourrait arriver aux citoyens déterminés à dénoncer, par une marche pacifique, la prévarication des ressources au profit d’un clan ou d’une fratrie».

En outre, le parti d’Ousmane Sonko dénonce «l’oppression exercée, la journée du 14 juin, sur des citoyens venus dénoncer l’opacité et les malversations constatées dans la gestion de nos ressources naturelles. C’est d’autant plus inacceptable que ce droit à manifester est garanti par la Constitution». «Ce fait est symptomatique du climat de terreur que le Président Macky Sall souhaite faire régner au Sénégal, tant le nombre des membres de forces de l’ordre déployées étaient exorbitant face à des manifestants pacifiques», regrettent Ousmane Sonko et compagnie.