NETTALI.COM – Après plusieurs relances, Macky Sall, selon les sources de Libération, a accepté que la commission rogatoire, chargée d’entendre Massata Diack, débarque à Dakar.

En date du 20 mai 2016, une demande d’entraide pénale avait été adressée aux autorités judiciaires sénégalaises dans la procédure suivie contre Lamine Diack, Habib Cissé et Gabriel Dolle des chefs de corruption active et passive.
Dans sa réponse, le Garde des Sceaux d’alors avait rétorqué à son homologue français, Jean Jacques Urvoas, dans un courrier en date de 25 juillet 2016, que : «Les faits objet de la demande d’entraide judiciaire ont retenu toute l’attention des autorités judiciaires sénégalaises tant au regard de leur gravité que de leur médiatisation. Ils concernent au surplus des citoyens sénégalais et seraient commis en partie sur le territoire sénégalais».

« Entre temps, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts », rapporte Libération, dans sa livraison de ce lundi.

« A Buenos Aires, lors de l’attribution au Sénégal par le Cio de l’organisation des Jeux olympiques de la jeunesse de 2022, son président Thomas Bach rencontre Macky Sall et lui fait part des difficultés des magistrats français à exécuter une commission rogatoire. Le Président sénégalais lui assure que tous les écueils seront levés et Bach lui adressera même quelques jours après une lettre, comme un rappel : «L’engagement de votre gouvernement serait particulièrement apprécié », écrit-il.

« Et le moins que l’on puisse dire, ajoutent nos confrères, est que les choses ont commencé à bouger et ce n’est pour rien que Thomas Bach a assuré, la semaine dernière, avoir reçu des «assurances du Sénégal». Selon les informations de Libération, le juge Renaud Van Ruyembeke a fait parvenir, au Sénégal, courant avril 2019, une nouvelle commission rogatoire, accompagnée d’une lettre de relance, pour exécution.

«Dans ledit document, le magistrat français demande aux autorités sénégalaises d’interroger Papa Massata Diack sur la base d’un long questionnaire transmis à cet effet mais surtout d’adresser des réquisitions à toutes les banques pour tracer ses mouvements de fonds, identifier les montants s’y trouvant et, enfin, de procéder à sa mise en examen », poursuit Libération.

« Des sources autorisées renseignent que cette fois-ci, le Sénégal a décidé d’exécuter la commission rogatoire. A preuve, le doyen des juges du tribunal hors classe de Dakar a été désigné à cet effet », informe, encore, le journal.