NETTALI.COM-Ousmane Mbengue, l’homme qui appelait à exterminer les femmes à travers un commentaire sur Facebook, encourt 2 ans dont 6 mois ferme.

C’est mercredi prochain, 29 mai, que l’internaute sera édifié sur son sort. Mais attendant que le jugement soit rendu, Ousmane Mbengue continue de solliciter la clémence comme il l’avait fait, du reste, après l’indignation suscitée par son commentaire.

Délégué médical de profession, le prévenu avait produit un commentaire pour appeler à tuer les femmes. Selon ses dires, celles-ci sont la cause de tous les problèmes du Sénégal.

Face aux juges du tribunal des flagrants délits de Dakar ce lundi, Ousmane Mbengue a répondu des chefs de menace de mort et d’assassinat et de provocation d’un délit ou d’un crime non suivi d’effet. Il n’a pas cessé de répéter qu’il ne faisait que plaisanter.

« J’ai commenté et automatiquement je me suis rendu compte de mon erreur. 11 secondes après je l’ai effacé. Je voulais rendre l’atmosphère plus détendu car tout le monde sait que je suis taquin, un artiste, un poète qui aime beaucoup écrire. J’ai eu tellement honte que je me suis rendu à la police le lendemain », s’est défendu Ousmane Mbengue qui a regretté la tournure de l’affaire. « Aïssatou Sène a capturé mon commentaire en me disant qu’elle allait le diffusait. Je croyais qu’elle blaguait compte tenu de nos relations », a-t-il soutenu.

Aussi a-t-il réitéré ses excuses. « J’ai demandé mille excuses. J’adore, je vénère les femmes. Je ne peux décrire la femme car je vous surnomme même Belle. Je demande pardon à toutes les femmes du monde », implore-t-il.

Ses avocats ont abondé dans le même sens. Mieux, ils estiment que l’infraction n’est pas établie puisque c’est Satou qui a rendu public le commentaire en le diffusant sur les autres pages.