NETTALI.COM –Mimi Touré, qui est annoncée à la tête du Conseil économique, social et environnemental depuis très longtemps, a fini, hier, par prendre le fauteuil de Aminata Tall. Comment en est-on arrivé là ? 

On est en 2011. Aminata Tall, auteure d’attaques musclées contre Me Abdoulaye Wade dans les colonnes du quotidien L’Observateur, s’affiche aux côtés de Idrissa Seck, le 23 juillet de cette année-là, lors d’un rassemblement du Mouvement du 23 juin. Selon nos sources, elle était pressentie directrice de campagne de Idy. Malheureusement pour elle, le poste était réservé Léna Sène. Elle finit par rejoindre, à la dernière minute, la coalition « Macky 2012 ». Seulement, ce ralliement de l’ex-secrétaire générale des femmes sopistes était assujetti à une condition. Elle devait être la directrice de campagne de Macky Sall. Un fauteuil que devait occuper une certaine Mimi. Finalement, tout est réaménagé. Aminata Touré devint directrice de cabinet dans l’équipe de campagne de Macky pour ne pas porter ombrage à l’ex-mairesse de Diourbel. Cette dernière, durant toute la campagne pour le premier tour de ce scrutin-là, apparaît, dans le convoi marron-beige, comme la deuxième personnalité.

C’est ainsi que durant le septennat qui s’est achevé le 3 avril 2019, Mimi, qui fait aussi figure de N°2 de l’Apr sans en porter de titre, a souvent souffert de la place de Mme Tall dans le protocole d’Etat. Ejectée de la Primature après les locales de 2014, ses partisans, en direction des législatives de 2017, lorgnèrent le fauteuil de Moustapha Niasse et ne manquèrent pas de s’attaquer à la deuxième personnalité de l’Etat. Une rumeur publiée par la très bien introduite Lettre du Continent prête à Mimi d’avoir renoncé au poste de N°2 de l’Organisation des Nations Unies, uniquement pour devenir patronne du parlement sénégalais.  «Je ne lorgne pas le fauteuil de Niasse…Moustapha Niasse était l’ami de mon défunt père. Une amitié de longue date et qui a duré toute leur existence », tente de démentir l’envoyée spéciale du président de la République. Doué dans l’art de satisfaire tout le monde, le leader de l’Apr prolonge le séjour de son allié à la tête du parlement, mais investit l’ancien Premier ministre de pouvoirs importants dans son staff de campagne.

Auparavant, dès 2018, on assista à une vive polémique autour de la fin du mandat d’Aminata Tall. En réalité, le mandat de la présidente du Conseil économique, social et environnemental est régi par un décret ouvert. C’est-à-dire qu’il n’est pas limité dans le temps. C’est déjà le malaise. Le chef de l’Etat tarde à recevoir le rapport d’Aminata Tall. Celle-ci annonce une sortie et pose un lapin à la presse le jour J. Le lendemain, elle est enfin reçue par le président Sall. Ceux qui ne sont pas nés de la dernière pluie en politique comprirent dès lors que Macky n’a fait que reculer pour mieux sauter, d’autant plus que le contexte de précampagne n’est pas à son avantage. C’est pourquoi ce départ de la dame de fer ne surprend pas trop.

En définitive, Mimi, qui revient d’une longue traversée du désert, avec cette nomination, se relance dans la course pour la succession de Macky Sall.