NETTALI.COM – Macky Sall, 56 ans, réélu président de la République du Sénégal à l’issue de la présidentielle du 24 février dernier, a prêté serment ce mardi, aux alentours de 12h00 à Diamniadio. 

En présence de 57 chefs d’Etat et de gouvernement, celui qui a obtenu un score de 58,27 % dès le premier tour de cette élection a annoncé de grandes réformes, pour les cinq ans à venir. Appelant à « une mobilisation générale pour forger l’image du nouveau Sénégal ». « Je ferai prendre sans délai des mesures vigoureuses dans ce sens », s’engage-t-il.

Ainsi,  il déclare que ce quinquennat sera celui qui va permettre de lutter avec énergie contre le chômage des jeunes. « Pour cette séquence que nous ouvrons aujourd’hui, cette jeunesse restera au premier rang de mes priorités. (…) Des efforts plus soutenus seront encore consacrés à l’emploi et à l’employabilité des jeunes », annonce le chef de l’Etat, qui dit avoir « le Sénégal au cœur » et ressentir « toutes les pulsions de notre pays ».

C’est pourquoi il informe que de grands travaux d’intérêt public seront lancés pour une meilleure prise en charge de la condition féminine par la multiplication de centres de formation et d’assistance  technique et pour l’accès à un meilleur cadre de vie.

L’évolution et la réforme du système éducatif ne seront pas en reste, ce d’autant que le Président prévoit de mettre l’accent dessus y compris dans le domaine du numérique.

Au chapitre de l’habitat, promettant de faire réaliser 100 000 logements en cinq ans pour aider les citoyens au faible revenu à avoir une maison, il s’est engagé à donner des instructions pour éradiquer la spéculation foncière, les constructions anarchiques, l’insalubrité et la déforestation, dans des zones humides et à vocation agricole, comme les Niayes.

Macky Sall, qui rêve  d’un Sénégal avec « zéro déchet » et débarrassé des bidonvilles, a, dans son discours de ce mardi, mis l’accent sur « l’équité territoriale et la justice sociale ».

Pour que tout cela soit possible, le président de la République a promis une réforme du mode de fonctionnement de l’administration sénégalaise, pour plus de célérité dans le traitement des dossiers. “Ne jamais remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui”, rappelle-t-il un principe de management.