NETTALI.COM – « Pour ces genres d’événements religieux, l’Etat doit anticiper, mais jusque-là nous n’avons pas encore senti la main de l’Etat », une déclaration du fils du Khalife général des Layénes. Devant la presse ce lundi 1er avril, Seydina Mandione Laye, qui sollicite ainsi les autorités pour la réussite de l’organisation matérielle du plus grand événement religieux de leur communauté, a aussi décortiqué le thème de cette 139ème édition de l’APPEL de Seydina Limamou Laye qui est : la cohésion sociale, fondement de la paix et de la prospérité.

L’Etat du Sénégal, de coutume, joue sa partition à l’occasion des évènements religieux. Mais pour la 139ème édition de l’APPEL de Seydina Limamou Laye, la communauté Layéne attend toujours les actions du gouvernement. « Nous sommes à moins d’une semaine de l’APPEL et vous avez fait le constat. Pour le moment, il y a rien venant de l’Etat. Nous pensons que pour un évènement religieux aussi important que l’APPEL, l’Etat devait prendre les devants. Autant dire que l’Etat doit anticiper », a regretté Seydina Mandione Laye. Le fils du Khalife général des Layénes n’a pas manqué de revenir sur le thème de cette 139ème édition de Adjibo Dahiya Laye. « Le thème de cette édition c’est la cohésion sociale, fondement de la paix et de la prospérité. Un thème qui vient à son heure. Mais un thème sur lequel Seydina Limamou Laye avait déjà anticipé. Je donne juste deux exemples qui constituent des modèles de cohésion sociale. D’abord, Al Mahdi nous a appris une manière très simple de se saluer. Chez nous, on dit « Laye-Laye ». Une manière d’éviter les problèmes de castes. Ensuite, sur le volet de l’habitat, dix voire quinze familles layénes peuvent partager la même cour. Allez à Cambérène vous verrez. Ceci permettait aux gens de s’entre aider et de s’aimer », dira le guide religieux.

En somme, la 139ème édition de l’APPEL aura lieu du vendredi 5 au samedi 6 mars 2019. L’évènement phare de la communauté layéne, prévu pour deux jours, se tiendra sur trois lieux : Cambérène, Ngor et Yoff.