NETTALI.COM- Après sa sortie accusant le régime de fraude électorale, l’Alliance pour la République, du moins l’une de ses structures dénommée les Gardiens du temple, apporte la réplique à Barthélémy Dias. Dans un communiqué,  ces « apéristes » soutiennent que le maire de Mermoz- Sacré Cœur, « veut laver l’affront » de son revers à la Présidentielle par une campagne de désinformation.

Malgré les éléments fournis par Barthélémy Dias pour étayer l’existence d’une fraude massive lors de la Présidentielle via l’état -civil, « Les Gardiens du temple de l’Apr » disent « restés sur leur faim ». En fait, selon leur analyse, « Barthélémy Dias avec toute la publicité autour de son fameux cirque, a tout simplement déçu. En effet, les arguments brandis sont faux, absurdes et frivoles. »

Et pour les apéristes, le maire ayant été battu lors de cette élection présidentielle dans son centre de vote et même dans son propre bureau « veut laver l’affront en cherchant la sympathie des populations par une campagne de désinformation et de calomnie. » Ils estiment que par cette « mauvaise foi », l’opposant pense « pouvoir manipuler l’opinion publique pour se dédouaner de sa défaite dans sa commune et se ressusciter avant les locales prochaines. »

Persuadés que « cette sortie n’est pas gratuite », Omar Dramé et ses camarades soutiennent que «  les Sénégalais ne sont pas naïfs. » Car, arguent-ils, « pour faire une bonne comparaison des inscrits entre les années de 2017 et 2019, il faut d’abord savoir le nombre d’électeurs qui ont migré de département à département, de commune à commune ou de centre en centre de vote.  Ou même ceux qui, pour des raisons de la campagne ou professionnelles ont changé leurs lieux de vote de la diaspora vers l’intérieur du pays. »

Les apéristes reprochent également au fils de Jean Paul Dias de ne pas disposer du nombre d’audiences foraines tenues par les tribunaux d’instance pendant les deux années. Mais également celui de primo votants inscrits de 2017 à 2019.

Fort de ces précisions, ils estiment que «  l’augmentation du nombre d’inscrits d’environ 400.000 est honnêtement justifiable. »

En outre, ces affidés du Président Macky Sall trouvent que « l’heure n’est plus à la contestation des résultats car ce stade a été largement dépassé depuis la confirmation des résultats par le Conseil constitutionnel. »

« Nous sommes des républicains, nous croyons fortement à nos institutions, nos lois et règlements qui régissent le bon fonctionnement d’un Etat de droit », concluent les « Gardiens du temple » de l’Apr.