NETTALI.COM – Le président Macky Sall est invité conjointement sur les antennes de RFI et France 24. Dans l’élément qui a été diffusé tard dans la nuit ce mercredi, il se prononce de nouveau sur la question afférente à son éventuelle candidature en 2024 et déclare, sans clore ce débat, qu’il ne posera jamais « un acte qui soit anti-démocratique ou anti-constitutionnel ».

Macky Sall est de nouveau interrogé par la presse française sur la polémique relative à la volonté qui lui est prêtée de se présenter à la présidentielle de 2024. Comme c’est souvent le cas, le chef de l’Etat peine à se débarrasser de cette patate chaude.  « Ce débat, je le traiterai en temps voulu. Les Sénégalais seront édifiés. Ce qui est sûr, c’est que je ne poserai jamais un acte qui soit anti-démocratique ou anticonstitutionnel. Je suis profondément démocrate », confie-t-il à France 24 et à Rfi. Non sans ajouter : « Maintenant, je décide moi de parler quand le moment sera venu. »

Ainsi, Macky Sall a été relancé par les intervieweurs sur le « ni oui, ni non » qu’il avait balancé le 31 décembre 2019, comme pour maintenir le suspense sur cette question. « Le ni ou, ni non, il faut bien le comprendre. J’ai dit aux journalistes sénégalais qui me disaient pourquoi je ne veux pas répondre. J’ai dit : je ne veux pas répondre, parce que si je dis : je veux être candidat, le débat va enfler. On ne va plus travailler. Y aura de la matière pour les spécialistes de l’agitation et de la manipulation. Si je dis non, dans mon propre camp, les gens ne travailleront plus non plus. Tout le monde sera dans une dynamique de se préparer pour l’élection. Or, moi j’ai un mandat à exercer. Le peuple m’a confié un mandat. Je dois travailler pour le Sénégal. Donc, je ne peux pas à trois ans, quatre ans de l’échéance satisfaire simplement la curiosité de ceux qui n’ont de centre d’intérêt que l’élection. Ils attendront le moment que j’ai choisi », prend date le président Sall.

De l’avis de Macky Sall, il arrivera un moment où ce « débat sera inévitable ». « Aujourd’hui, c’est plutôt oui, ou plutôt  non ? », insistent encore les journalistes français. « Non, aujourd’hui, il n’y a pas de réponse. Aujourd’hui, c’est le travail », rétorque le Président Sall. « La réponse c’est quand ? », lui demande-t-on encore. « Quand je le déciderai avec l’aide de Dieu »,  déclare laconiquement le chef de l’Etat sénégalais, qui renvoie sa réponse aux calendes grecques, peut-être !