NETTALI.COM – Mame Boye Diao dit assumer sa candidature à la mairie de Kolda, même si le président de la République, Macky Sall, lui a préféré quelqu’un d’autre. Il dit ne pas craindre de représailles venant du chef de l’Etat.

«Nous avons déposé la candidature autour d’une grande coalition composée de grands ténors politiques locaux, notamment l’ancien maire, le ministre Bécaye Diop, l’adjoint au maire sortant, Bamol Baldé. Y figurent également de grands présidents de mouvement et d’autres alliés de la mouvance présidentielle. Nous sommes partis d’un constat, du fait que Kolda a de fortes potentialités, mais qui, par rapport aux autres villes, est très en retard. C’est vrai que la mairie a des compétences transférées, mais nous pensons qu’il y a urgence», a déclaré Mame Boye Diao dans un entretien accordé à «L’Observateur».

Il explique les raisons qui l’ont poussé à briguer la mairie. «La première ambition, c’est de créer des opportunités pour qu’il y ait une éclosion économique au niveau local. Parce qu’en réalité, la plupart des métiers, soit ne parviennent pas à créer les valeurs ajoutées qu’il faut, soit ne sont pas encadrés de sorte qu’ils puissent disposés de matières premières, surtout concernant les questions des ressources forestières. Si on crée les conditions pour que ces différents corps de métiers travaillent, nous parviendrons à impulser une approche économique qui puisse servir à créer vraiment un réseau de petites et de moyennes entreprises fortes. Ça, c’est notre premier challenge, parce que la réponse à la pauvreté de notre localité passe forcément par la  création d’un cadre économique incitatif.

Deuxièmement, nous avons une ville où le cadre de vie est malsain. Il dégage un visage hideux de la localité. Outre les problèmes que les Koldois connaissent en six ou sept ans d’absence de réseau d’électrification des voies publiques, de l’arrêt de tout ce qu’il a comme stratégie d’assainissement, surtout concernant les nouveaux quartiers qu’on appelle traditionnellement les quartiers périphériques, mêmes les vieux quartiers de Kolda ont des canaux à ciel ouvert. C’est un challenge, un défi qu’il faut relever. Les routes sont dans des conditions exécrables avec parfois des conditions d’accès impossibles pendant la période d’hivernage. C’est un autre challenge. Nous pensons qu’il faut réhabiliter ce cadre d’épanouissement, le rendre conforme à ce que nous ambitionnons pour la ville. Notre défi, c’est un Kolda vert, un cadre de vie attrayant avec des espaces de vie publics. L’autre grand challenge que nous avons, c’est de lancer tout le processus qui doit aboutir, à moyen terme, à draguer le fleuve. De la même manière, nous pensons qu’il faut se battre aussi pour la réhabilitation de la carte sanitaire de Kolda», explique-t-il.

Evoquant son compagnonnage avec le chef de l’Etat, il dira : «mon engagement politique est basé, d’une part, sur le fait que j’ai trouvé en la personne du Président Macky Sall, un homme qui avait les moyens de sortir le Sénégal de sa situation d’avant 2012, en créant l’équité territorial avec une solidarité institutionnalisée et un cap vers l’émergence. C’est la première raison qui a fait que je me suis engagé à ses côtés. La deuxième, c’est que Kolda, c’est chez moi. Et j’ai pensé que quand on appelle à une expression libre des suffrages, chacun doit pouvoir concevoir sa propre approche. Les deux ne sont pas antinomiques. Dans mon engagement politique, l’un est lié à l’autre. C’est aujourd’hui que ma candidature est devenue une grande actualité. Mais nous avions présenté notre candidature en 2014, même si nous n’avions pas gagné. Cela n’avait pas eu tout ce tollé-là. Une élection locale, c’est une affaire de terroir. On doit laisser à chacun la possibilité de proposer ses ambitions aux populations. Libres à elles de choisir».

Il dit maintenir et assumer sa candidature. «En aucune façon, je n’ai pas de contrainte avec le président de la République. Je le soutiens depuis 2012. Je ne pense pas avoir pris une seule décision qui ne soit pas approuvée par lui. Jusqu’à cette candidature-là. Ce n’est pas un débat à mon niveau. Le Président sait que mon soutien pour lui est indéfectible et qu’en toute circonstance, il peut compter sur moi. Il sait les ambitions que j’ai pour Kolda. Il les respecte et il me soutient à chaque fois que je dois mener des actions dans ce sens-là. Pour ce processus-là, comme pour les autres, j’échange avec lui (le Président Macky Sall) et j’ai son onction pour pouvoir présenter librement ma candidature», fait-il remarquer.