NETTALI.COM – La Tanière s’apprête à accueillir de nouveaux Lions le mois prochain pour la double confrontation face à la Namibie, les 6 et 10 octobre prochains. D’après les informations du journal Record, deux joueurs sont attendus. Il s’agit de Cheikh Ahmadou Bamba Dieng et Bouna Sarr. Si la sélection du jeune attaquant de l’OM, auteur de trois buts en trois titularisations en Ligue 1 était attendue, celle du défenseur bavarois fait grincer les dents. Sa déclaration de 2018, refusant une sélection africaine, est passée par là.

Suivi depuis 2018, Bouna Sarr avait repoussé l’offre d’Aliou Cissé dans les semaines précédant la coupe du monde Russie 2018.

Au meilleur de sa forme et considéré comme l’un des meilleurs latéraux du championnat français à la veille du mondial russe, Bouna Sarr avait attiré tous les regards sur lui.
Malheureusement, le joueur de père sénégalais et de mère guinéenne avait alors fait une déclaration qui fâche aujourd’hui.
J’ai pris une décision ferme, décision que je n’avais pas prise et qui apportait un peu de confusion. J’ai fait un choix définitif, je veux (…), j’aimerais, je souhaiterais jouer pour l’équipe de France. C’est clair. Il y aura des déçus du côté du continent africain, mais j’assume mes choix et je n’ai pas peur de le dire “, avait laissé entendre le natif de Lyon.

Les blessures de Sabaly et Wagué justifient-ils la venue de Bouna Sarr?

Confronté au besoin urgent de trouver un arrière droit pour pallier les absences des cadres à ce poste : Lamine Gassama (sans club), Youssouf Sur Sabaly (blessé) et Moussa Wagué (blessé), Aliou Cissé avait-il une autre option que de convoquer Bouna Sarr ?  L’arrivée du joueur formé à Metz n’est-il pas un élément de taille pour renforcer ce secteur qui demeure un chantier depuis six ans? Autant d’interrogations qui pourraient expliquer la décision du sélectionneur national de faire appel à un joueur qui, il y a trois ans, avait snobé la Tanière.

Même si la convocation de Bouna Sarr pour la double confrontation avec le Namibie n’est pas encore officielle, car Aliou Cissé va officiellement publier sa liste le 1er octobre prochain, le post de Lucas Hernandez, son coéquipier en club en dit long. En effet, à peine qu’on a appris ce jeudi que l’arrière latéral droit du Bayern Munich avait finalement opté pour le Sénégal, le champion du monde français a lancé sur sa Story Instagram une photo. En compagnie de Sarr tout sourire, il balance un message accrocheur : ” mon Sénégalais “.

Une publication qui dissipe les doutes sur le fait que l’ancien joueur du FC Metz et de l’Olympique de Marseille devrait figurer sur la prochaine liste d’Aliou Cissé dans le cadre des éliminatoires de la coupe du monde Qatar 2022.

Bouna Sarr, le syndrome Mbaye Niang

Bouna Sarr mérite-il de porter la tunique floquée de la tête du Lion après avoir clamé haut et fort qu’il préfère la sélection française à celles africaines? En tout, le fait qu’il ait déjà refusé la sélection ne gêne pas du tout. Car il n’est pas le premier à le faire. Mbaye Niang, Nampalys Mendy, l’avaient fait dans un passé récent avant de rejoindre finalement la Tanière.

Cependant, deux aspects inquiètent : son âge et sa compétitivité. Dès lors l’on se demande s’il est vraiment justifiable de miser sur un joueur de 29 ans? Pourrait-il tenir deux campagnes africaines ?

Ce que l’on peut dire sans risque de se tromper est qu’une équipe nationale est un condensé des joueurs les plus compétitifs en club. Or, Bouna qui était indiscutable sous la direction de Rudi Garcia, est devenu aujourd’hui un 2ème voire 3ème choix en Bavière. Il a disputé moins de 15 matchs de championnat depuis la saison dernière. N’est-ce pas gênant ? Cissé n’est-il pas incohérent dans sa démarche ? Lui qui rappelait que la compétitivité est l’un des critères majeurs pour être sélectionné. Ou bien Bouna Sarr fait-il exception ?

Ce qui est sûr et certain est que Bouna Sarr du haut de ses 29 ans, est au dernier tournant de sa vie de footballeur pour goûter à une carrière internationale. D’où le “oui” enfin donné au pays de son père.

Son agent vole à son secours

Comme Mbaye Niang, la venue de Bouna Sarr a soulevé une vague de contestations sur les réseaux sociaux. Certains internautes parlent de “choix par défaut” au moment où d’autres rappellent aux binationaux que le Sénégal n’est pas la “poubelle” de la France.

En somme, ces internautes souhaitent accueillir des joueurs qui portent le pays de la Téranga dans leurs cœurs. Bref, ils réclament des patriotes et non des opportunistes à la quête d’un statut international.

Ciblé par cette batterie de critiques, Bouna Sarr peut compter sur son agent, Mame Touty Mendy. A en croire, monsieur Mendy, le choix du défenseur munichois n’est point un choix par défaut.

C‘est normal, tout le monde peut avoir son avis. Mais cela ne reflète pas la réalité. Bouna n’a jamais fermé la porte au Sénégal. A l’époque, c’est vrai qu’il avait dit qu’il voulait jouer pour la France. Mais avant que le Sénégal ne s’intéresse à Bouna, il avait déjà eu plusieurs fois la pré-convocation de l’équipe de France. Il avait déjà plus ou moins un pied en équipe de France et c’était normal qu’il dise sa position. En tant que joueur qui est né et a grandi en France, s’il sait qu’il a un pied en équipe de France, il va forcément se concentrer sur ça. Mais ce n’est pas pour autant qu’il avait dit qu’il ne jouerait jamais pour le Sénégal. Depuis longtemps, il était ouvert et n’avait pas fermé la porte. Mais il n’y avait pas eu l’occasion ou le bon moment pour que cela se fasse. Aujourd’hui, il est à cent pour cent. Il aurait pu se dire qu’il allait déjà continuer à se battre et voir ce qui se passe avec pour l’équipe de France. La Coupe du monde, c’est en décembre de l’année prochaine (2022). Il aurait pu attendre et postuler pour l’équipe de France, mais il a fait un choix“, a expliqué l’agent du joueur dans le quotidien L’Observateur.

Il a plein d’amis dans l’équipe avec qui il a joué, comme Sadio Mané (Metz), Édouard Mendy (Marseille). Depuis qu’il a découvert le Sénégal on était venus ensemble et il était resté, il vient chaque été, parfois en hiver. Il est tombé amoureux du pays (…) et cela l’a conforté dans son choix“, ajoute Mame Touty Mendy.

Bouna Sarr réussira-t-il à être adopté par le peuple sénégalais ? Qui vivra verra.