NETTALI.COM – Comme on pouvait s’y attendre, Simon du mouvement Y en a marre est arrêté par les enquêteurs de la Division des investigations criminelles, dans le cadre du trafic présumé de passeports diplomatiques. La police, qui a auparavant interpellé Kilifeu, piste également Thiate.

Après avoir fait tomber Kilifeu dans l’affaire des trafics présumés de visas et de passeports diplomatiques, la police arrête le rappeur Simon de Y en a marre. Selon Libération qui donne la nouvelle, il est placé en garde à la vue à la Dic.

Simon, à en croire le journal,  est inquiété pour une somme de deux millions FCFA reçue en échange de la remise de son passeport français à Thierno Amadou Diallo qui l’aurait utilisé.

D’après les révélations faites hier par plusieurs publications dakaroises dont Enquête, Thiat est également dans le collimateur des limiers  « Thiate, de son vrai nom Cyril Touré, est désigné comme celui qui a facilité les rapports entre Thier et Simon, pour faciliter le ‘deal », écrivait-on dans les colonnes de Enquête.

A en croire les informations glanées par le journal, il y aurait même d’autres vidéos, dans lesquelles un autre nom a été avancé. Il s’agit d’un certain Moussa, qui serait, selon les sources de Enquête, au cœur du dispositif de confection des passeports diplomatiques, moyennant la rondelette somme de 5 millions de francs CFA. ‘’Kilifeu l’appelle via WhatsApp dans ces vidéos’’, a confié M. Diallo. Ayant mordu à l’hameçon, Thier avait d’ailleurs commandé un de ces précieux sésames. Il avait même déjà donné 3 millions comme avance à Kilifeu. Aux trousses de Moussa, présumé cerveau S’il avait, dans un premier temps, essayé, à travers une sortie médiatique, de nier les faits, devant les enquêteurs, Kilifeu a reconnu l’essentiel de l’accusation, y compris le paiement de la commission.

Néanmoins, il a réaffirmé avoir voulu aider son ‘’ami’’, en l’occurrence Amadou Thierno Diallo. En ce qui concerne le fameux Moussa, qui serait au cœur du dispositif de confection des passeports diplomatiques, le rappeur a prétendu, selon nos informations, que c’est une connaissance fortuite et il ne se rappellerait même plus du nom. Outre les rappeurs et le sieur Moussa, on fait également état de l’implication de deux députés, ainsi que d’une ‘’journaliste’’ du nom de L. T. S. Cette dernière est accusée d’avoir reçu de l’argent de la présidence, au nom et pour le compte d’un ancien ministre. De l’argent accordé sur la base d’une fausse demande introduite à la présidence. Qui est l’auteur de cette demande ? Comment la ‘’journaliste’’ a pu récupérer les fonds ? Son audition permettra sans nul doute d’éclairer la lanterne des Sénégalais. Tout ce beau monde va devoir, en effet, passer devant la Division des investigations criminelles, si l’on en croit des sources judiciaires, malgré le lobbying intense des députés. Selon nos informations, pour le moment, dans l’affaire Kilifeu, les enquêteurs semblent privilégier la piste de l’escroquerie.

Arrêté dans le cadre d’une vaste opération de démantèlement d’un réseau de trafic de passeports diplomatiques et de visas, Kilifeu a été placé, en position de garde à vue, pour les nécessités de l’enquête.