NETTALI.COM – Les langues continuent à se délier, depuis la mise en place de la grande coalition de l’opposition Yewwi Askan Wi. Après la sortie fracassante du Parti démocratique sénégalais, c’est au tour de la coalition Gueum Sa Bopp de Bougane Guèye Dani de claquer la porte.

La sortie de Bougane Guèye Dani de la grande coalition de l’opposition Yewwi Askan Wi ne s’est pas faite sans déballages, hier. A entendre l’exposé du journaliste homme politique, dans ladite coalition, tout semble être articulé autour des majors que sont Pastef d’Ousmane Sonko et Taxawu de Khalifa Ababacar Sall. En sus du problème des couleurs et du logo qui étaient sur la table depuis le lancement, d’autres différends se sont fait jour.

En premier lieu, il s’est posé la question de la présidence de la coalition. Il a été préconisé que celle-ci revienne tour à tour aux initiateurs de la coalition, en l’occurrence Pastef et Taxawu, dans une moindre mesure Pur. Sur ce point, révèle Bougane, Déthié Fall a eu le courage de se lever et de taper sur la table pour s’y opposer. Finalement, la proposition a été abandonnée et la présidence sera ouverte aux autres formations.

Ensuite, vient la question du Comité d’arbitrage qui doit être au-dessus de la Conférence des leaders et sera chargée d’arbitrer les litiges. D’après la formule initialement proposée, celui-ci devait être formé uniquement par les initiateurs. Une proposition encore rejetée et qui a finalement été changée. Pour Bougane, la rébellion de Gueum Sa Bopp y est pour beaucoup.

Mais le plus grave, selon le jeune leader, c’est que, dans le schéma initial, tout était fait pour les exclure d’office des têtes de liste. ‘’Ils ont mis en place un droit de préemption. C’est-à-dire que là où il y a un maire appartenant à la coalition, c’est ce dernier qui dirige et qui choisit en premier. Si ce n’est pas le cas, c’est le deuxième à la Présidentielle qui va diriger. Si cela est suivi, comment des partis ou groupements comme Gueum Sa Bopp pourront avoir des têtes de liste ?’’, s’interroge-t-il avec dépit. Mais selon le leader de Gueum Sa Bopp, tout ceci était prévisible. ‘’Quelqu’un qui ne veut faire de concessions, même pas sur une couleur ou un logo, il n’en fera aucun pour des investitures. Moi, je pensais que le manque de démocratie, c’est seulement Macky. Mais je me rends compte que ce n’est pas le cas. Ce que j’ai vu, ‘’affairou deum leu’’ (une affaire d’anthropophage). Ce sont des gens qui se mangent entre eux. Moi, je n’aime pas ces genres de comportements. Et c’est ce que j’ai vu. Et l’avenir va nous édifier’’.