NETTALI.COM – L’opposition est prête à tout pour gagner largement aux prochaines élections locales. Sur ce, indique Sonko, l’une des plus grandes forces de l’opposition est en train de se former pour faire face à Macky Sall.

Une grande coalition de l’opposition qui sera composée, entre autres, par Sonko, Karim, Khalifa Sall et Pur est en train de se former pour faire face au président Sall lors des prochaines élections locales. En marge d’une conférence de presse, ce matin, Ousmane Sonko a lancé un avertissement au président Macky Sall. “Macky Sall n’a jamais mené un combat démocratique dans ce pays. C’est pourquoi, il n’accepte pas une opposition démocratique. Son seul souci est de réduire ses opposants à leur plus simple expression. Mais, c’est peine perdue. Il fera face à l’une des plus grandes forces d’opposition du Sénégal“, a dit le leader du Pastef.

A l’en croire, l’objectif de ladite coalition est de proposer une alternative crédible au régime de Macky Sall. « La persécution des opposants est l’Adn de Macky Sall et de son régime. Mais, ils vont échouer », a-t-il aussi dit.

Sur le refus du ministère de l’Intérieur de donner à Babacar Diop le récépissé de son parti Fds/Guelwaar, Ousmane Sonko pense que cela ne repose sur aucune légitimité. Selon lui, Babacar Diop et ses camarades ont fait l’effort de recherche en allant puiser dans les valeurs historiques du pays. “Nos ancêtres sont les meilleurs théoriciens de valeurs. C’est ce que nous avions fait en créant Pastef qui est un mot Wolof plein de sens. Guelwaar, tous les Sénégalais peuvent se l’approprier“, a déclaré Sonko.

Il faut dire que pour convaincre le ministre, le FDS compte organiser un colloque, après-demain jeudi, pour montrer l’historicité du mot Guelwaar. Cette rencontre, à laquelle Antoine Diome est convié, sera animée par des historiens dont la plupart fait partie du comité scientifique qui a rédigé l’histoire du Sénégal. “Qui est Antoine Diome pour nous exiger cela ? Il n’est pas juriste“, a indiqué Dr Diop selon qui, FDS – Les Guelwaars ne s’identifient à aucune langue, race ou encore une ethnie. “C’est de l’arbitraire qu’il est en train de faire. C’est un danger de confier une nation à des gens immatures comme Antoine Diome. Guelwaars n’est pas en langue sérère. Son origine est malinke“, a encore dénoncé, Dr Babacar Diop.

Le pire dans cette histoire, dit-il, est que le ministre de l’Intérieur ne veut pas leur notifier sa position.

Pour mémoire, le ministre de l’Intérieur exige aux membres des FDS d’enlever le mot ’’Guelwaar’’ dans l’appellation de leur formation politique avant de leur accorder une reconnaissance juridique. Ce que Dr Diop et Cie ne peuvent pas comprendre. Dans ce combat, Les Guelwaars peuvent compter sur le parti Pastef.