NETTALI.COM  – Les élections locales qui se profilent à l’horizon constituent un terrain particulièrement miné pour Macky Sall. Le chef de l’Alliance pour la république (Apr) va devoir procéder à des arbitrages périlleux pour son parti et pour la coalition Benno Bokk Yakaar. 

Des investitures faites sur la base de “critères rigoureux et objectifs“. C’est ce que souhaite Benno Bokk Yakaar pour les locales prévues en janvier 2022. La coalition au pouvoir depuis 2012 assure que “les intérêts politiques de la grande coalition seront préservés“. Ce qui se fera, d’après la conférence des leaders de Benno, sur la base d’un “choix raisonné, motivé et rigoureux“, “un impératif car notre pays va expérimenter pour la première fois, l’élection du maire au suffrage universel“.

Si la coalition autour de Macky Sall tient à faire autant de rappels, c’est parce qu’elle sait que, pour les locales, le choix des candidats sera déterminant. Se tromper dans le choix des hommes peut être synonyme de défaite. Et c’est le président de la République qui est sous pression. Car si Benno demande à ses responsables de “privilégier l’intérêt politique de la coalition“, cet appel a peu de chances d’être entendu. Déjà que les uns et les autres commencent à afficher leurs ambitions. Et c’est Macky Sall qui va devoir arbitrer. Une pression énorme pour quelqu’un dont la popularité est mise à rude épreuve ces derniers mois et qui veut profiter des locales pour montrer qu’il reste le maître du jeu et qu’il pourrait peut-être tenter une troisième candidature en 2024. Mais il sait qu’il n’a pas droit à l’erreur.

A Dakar par exemple, les partisans du ministre de la Santé et maire de Yoff mettent déjà la pression. Des mouvements se créent pour pousser Macky Sall à porter son choix sur Abdoulaye Diouf Sarr. Au même moment, d’autres responsables de l’Alliance pour la république (Apr) affûtent les armes. C’est le cas de Mame Mbaye Niang. Selon certaines indiscrétions, il aurait fini de constituer son équipe pour engager la bataille. A ces deux-là, il faut ajouter Amadou Ba qui cache encore son jeu. Autant dire que l’arbitrage risque d’être compliqué pour le chef de l’Apr qui devra aussi faire avec ses alliés comme Soham El Wardini de l’Alliance des forces de progrès (Apr) qui veut garder le fauteuil de maire qu’il occupe depuis la destitution de Khalifa Ababacar Sall. Et la même situation risque de se produire dans des communes comme Parcelles Assainies avec le maire “transhumant” Moussa Sy dont les responsables locaux de l’Apr ne veulent plus.

Mais Dakar ne sera pas le seul terrain miné pour le chef de Benno Bokk Yakaar. Il va devoir aussi arbitrer à Rufisque, Keur Massar, Kaolack, Mbacké, Thiès… Autant dire que les frustrations ne manqueront pas au lendemain des investitures de Benno. Pis, avec cette élection du maire au suffrage universel direct, rien n’exclut que des responsables se présentent aux élections contre la volonté de leur parti ou coalition. Autrement dit, la pression n’est pas seulement du côté de l’opposition, même si Benno semble plus sereine. Du moins pour le moment.