NETTALI.COM – Il milite aujourd’hui à l’APR et compte se présenter aux prochaines locales pour être maire de Saint-Louis. Que Macky Sall le désigne comme candidat de BBY ou pas, il ira à ces élections, assure-t-il. L’ex-ministre de l’Enseignement supérieur condamne la démarche de Mansour Faye,

Invité, ce samedi, de la rubrique Grand’Place du journal Enquête, Mary Teuw Niane n’a pas mis de gants pour réitérer sa volonté de succéder au beau-frère du chef de l’Etat, Mansour Faye, à la tête de la mairie de Saint-Louis.

En clair, là où Macky Sall a donné des consignes à ses partisans contre les listes parallèles, l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur déclare qu’il tend « sans distinction, la main à tous les acteurs de la vie politiques ».

Précisant sa pensée, le mathématicien souligne : « J’irais dans les conditions que me permet le Code électoral. J’ai lu le Code, j’ai vu ce qui est dedans. Je suis un Républicain et je le revendique. Je respecte les institutions de mon Etat. Je suis intransigeant sur cela. Je peux ne pas être d’accord avec quelque chose, mais pour moi, on doit respecter les institutions. S’il doit y avoir des changements, faisons-le quand on en a la possibilité, mais, je ne contesterais pas les décisions des institutions de mon Etat. J’ai examiné le Code électoral selon la situation dans laquelle je suis. Je prendrai les dispositions en conformité avec le Code électoral ».

A la question de savoir s’il intègre l’hypothèse d’une alliance avec la Coalition Pastef-PDS-Pur-Taxawu Dakar annoncée, il répond : « Je vous ai dit que nous irons aux élections sous la forme que nous permet le Code électoral. C’est pourquoi, je tends, sans distinction, la main à tous les acteurs de la vie politique, économique, sociale, culturelle, citoyenne pour aller la main dans la main aux locales. Par conséquent, je n’exclus aucune alliance dans l’intérêt des populations du département de Saint-Louis pour aller à la conquête des mairies du département de Saint-Louis, afin de mettre en place une politique municipale capable d’apporter les changements qu’appellent de leurs vœux les populations et de mettre en œuvre dans ces communes un programme ambitieux, réaliste et réalisable. Dans le cas particulier de Saint-Louis, je veux qu’elle soit au bout des cinq ans de mandat la ville apprenante, la ville numérique, la ville sociale, la ville économique, la ville-modèle dont chaque Maire rêve ».

Mary Teuw, sur ce registre toujours, mentionne : « J’ai une conception très simple des Locales. Elles appartiennent aux populations. C’est à elles de choisir leur maire. Il y a les élections nationales. Nous avons voté pour élire le président de la République. Mais l’élection présidentielle est terminée. Ce n’est plus au président de la République de désigner qui va être le maire de Saint-Louis. C’est aux Saint-Louisiens et aux Saint-Louisiennes de choisir leur maire. Moi, je considère que j’ai un parcours, je suis Saint-Louisien de naissance, j’ai fait l’essentiel de mon parcours scolaire à Saint-Louis ; j’ai travaillé à Saint-Louis et apporté beaucoup de choses. Je pense pouvoir aujourd’hui apporter des choses à Saint-Louis qui doit changer. Sa situation n’est pas acceptable pour d’abord le nom qu’elle porte, pour son héritage historique à la fois de capitale de l’AOF, de première capitale sénégalaise et a été presque en tout ce que concerne l’éducation, la formation, la politique, toujours la première ville au Sénégal et qu’elle soit dans l’état où elle est aujourd’hui. J’ai dit que je relève le défi et je sollicite mes concitoyens et concitoyennes pour me donner cette opportunité avec l’équipe avec laquelle je vais y aller ».

Revenant sur sa brouille avec le ministre Mansour Faye, il rappelle : «A Saint-Louis, nous avons fonctionné de manière autonome. Il y avait Mansour Faye d’un côté et nous de l’autre, puisque Mansour avait organisé le parti à sa manière. Cela ne nous convenait pas. Nous avons milité en parallèle.»