NETTALI.COM-2 ans d’emprisonnement dont 3 mois ferme, c’est la sentence requise par le parquet contre la domestique  de la sœur de  Me Ndèye Fatou Touré. Faty Souaré est poursuivie pour vol de chèque d’un montant de 1 million de francs CFA ainsi que des “thioup VIP”.

C’est avec le cœur gros que Me Ndèye Fatou Touré a relaté les faits de vol dont sa sœur Dr Mame Awa Touré est victime de la part de sa domestique Faty Souaré. Une  employée de maison qu’elle a traitée comme sa propre fille en lui payant même des études en langues. Dr Touré voyageait souvent avec son employée. Mais de Dakar à Sierra Léone, elle constate la disparition de beaucoup de ses objets. Toutefois,  la dame n’en tenait pas compte.  Ce, jusqu’à ce qu’elle remarque la disparition de ses tissus « Thioups ». Pis, elle perdait même ses chéquiers durant l’année 2019. Sur ces entrefaites, elle a interpellé Faty Souaré qui avait accès à ses armoires, à Dakar et en Sierra Léone. Ainsi, une plainte contre X a été déposée.En outre, ses soupçons se sont dirigés vers sa domestique, le jour où en visionnant une image de la vidéo de surveillance de son domicile, elle voit celle-ci faire entrer chez elle, des hommes.A la période de la Tabaski, elle reçoit un appel de la banque l’informant du retrait d’un de ses chèques volés. L’enquête va mener à l’arrestation de Ndèye Amy Guèye qui à son tour révèle être sollicitée par Faty Souaré qui ne détenait pas de pièce d’identité selon elle.

Arrêtée et placée sous mandat dépôt, Faty Souaré a été jugée hier, à la barre du tribunal d’instance de Dakar.

« Elle a commencé à travailler pour Dr Touré en 2018. Celle-ci la considère comme sa fille.  En 2019 elle l’a emmenée en Sierra Léone.  Elle était loin de se douter qu’elle  allait voler ses chèques, des tissus « Thiouba » de  150.000 F et même l’argent de Ndèye Thioro ma nièce à qui son mari avait envoyé 100.000F », raconte Me Ndèye Fatou Touré.

Entendue à son tour, Faty Souaré conteste le fait de vol commis à l’occasion du service qui lui est reproché. « Je n’ai rien pris sauf les restes de nourriture qui étaient dans le frigo. S’agissant des thioups, j’avais déplacé un coupon uniquement », dit-elle pour sa défense. Dans la foulée, elle précise que la personne qu’elle a fait entrer dans la maison avait besoin de se soulager. « Même si j’ai les clés d’autres personnes fréquentent sa maison », affirme-t-elle.

Interrogée sur sa participation dans la cause, le témoin Ndeye Amy Gueye raconte : « Je me rendais au marché pour acheter des légumes. Lorsque je suis descendue du car-rapide, elle m’a interpelé Elle m’a supplié en me disant qu’elle avait un examen et devait payer ses frais de scolarité. Elle m’a remis un masque avant que je n’entre dans la banque pour faire retrait ». Selon la gargotière, après avoir effectué le retrait, elle a reçu 10.000 francs CFA. Elle a formellement désigné Faty Souaré comme celle qui l’a interceptée au Rond-point Case Bi. Même si à la barre elle a souligné qu’elle avait un teint plus clair le jour du retrait.

Ce que la prévenue a nié avec ferveur. « Tout ce qu’elle a dit n’est pas vrai. C’est à la gendarmerie que je l’ai vu car je n’ai jamais été au Rond-point Case Bi », a-t-elle martelé.

Dans sa plaidoirie l’avocat de la partie civile Me Ousseynou Gaye réclame pour le compte de sa cliente, la restitution de l’argent retiré à la banque.

De son côté, le délégué du procureur de la République qui estime que la prévenue est atteinte et convaincue des faits qui lui sont reprochés, a requis 2 ans d’emprisonnement dont 3 mois ferme.

Les avocats de la défense ont quant à eux sollicité la relaxe au bénéfice du doute.

La décision sera rendue le 18 août prochain.