NETTALI.COM- L’assemblée générale de l’Union des magistrats sénégalais se déroule, ce samedi, dans un hôtel de la place à Dakar. Le président sortant, Souleymane Téliko a dans son discours regrette le fait qu’il n’y ait pas d’avancées sur les textes relatifs à l’indépendance de la justice. Laquelle est sapée par l’âge de la retraite des magistrats.

Souleymane Téliko, président sortant de l’Union des magistrats sénégalais est en fin de mandat. Il va céder sa place à partir de ce samedi 7 août 2021 à l’issue de leur assemblée générale. Dans son discours, il est revenu sur l’indépendance de la justice qui, selon lui, est une quête perpétuelle. Ne voulant pas être dans le nihilisme, il reconnait qu’il y a effectivement quelques avancées dans la pratique mais, relève-t-il pour le regretter : « il n’y a pas eu d’avancées dans les textes ». Mais, précise-t-il : « ce qui est important, c’est le fond de notre réforme qui consiste à réduire les prérogatives de l’exécutif pour renforcer l’institution judiciaire ».

Ainsi, il croit que le prochain bureau fera de son mieux « et que la justice dont nous rêvons deviendra une réalité ». D’après le président sortant, le Sénégal a une justice crédible. Ce, selon ses dires, grâce des ressources humaines de très haute qualité, des magistrats d’une compétence rare. « Les magistrats européens n’ont pas plus de mérite que nous. Leur seul mérite, c’est d’évoluer dans un système beaucoup plus encourageant et beaucoup plus transparent qui permet à chacun de saisir sa chance », souligne-t-il non sans rappeler que des milliers de compatriotes sont, quotidiennement, jugés dans des conditions satisfaisantes, même si, reconnaît-il : « certaines décisions font l’objet de polémique ».

Outre l’indépendance de la justice, Souleymane Téliko a axé son discours sur le système de retraite des magistrats. Un système qui, dénonce-t-il, tel qu’il existe, constitue une atteinte à l’indépendance de la justice. « C’est une atteinte aux principes de non-discrimination. Parce qu’on a instauré au sein d’une même profession deux régimes de retraite sur des basses qui ne nous semblent pas conformes aux principes qui garantissent une justice indépendante. L’UMS a toujours dénoncé cela mais le système est encore sur place », se désole-t-il.

Auparavant, il a expliqué le choix du format adopté pour la tenue de l’assemblée générale. C’est, à son avis, la maladie du coronavirus, non encore maitrisée, qui a tout chamboulé. Ainsi, pour le vote, 7 bureaux ont été répartis sur le territoire national et 1 bureau national qui va consolider et proclamer les résultats cet après-midi. Le président sortant a remercié tous ses collègues qui lui ont fait confiance.