NETTALI.COM – Le rappeur Kilifeu, Landing Mbissane Seck de son vrai nom, est cité dans une présumée affaire de démarches de visas et de passeports diplomatiques. Avec une vidéo à l’appui publiée par le site Internet Leral.

Sur les réseaux sociaux, la vidéo est devenue virale. Les sites Internet en ont fait leurs choux gras. Landing Mbissane Seck, plus connu sous le nom de Kilifeu, l’activiste et membre du mouvement «Y en a Marre», est filmé en train de se faire remettre de l’argent pour un passeport diplomatique. Une tentative d’escroquerie ou un complot ? Seulement la scène se passe de commentaire puisque «Thierno», cet ami de Kilifeu qui lui remettait les fonds, avait pris le soin d’immortaliser en filmant son entrevue avec le rappeur. A l’insu de celui-ci.

Après avoir échangé longuement sur la situation du pays et la récente arrestation de l’activiste, les deux amis entament une discussion sur le business qui les lie à savoir l’obtention de visas et de passeports diplomatiques.

Dans la vidéo largement diffusée, on voit le célèbre activiste se faire remettre de l’argent contre l’obtention de visa et de passeport. France, Espagne et Belgique sont les destinations choisies pour les clients. En pleine discussion, «Thierno» insiste sur le fait que l’argent (un paquet de liasse en sa possession) est pour Kilifeu afin qu’il fasse les démarches nécessaires pour que l’enfant et la femme de son «client» puissent voyager, d’autant plus que la date de leur départ était fixée au plus tard le 16 juillet dernier. Thierno a fait reconnaître à Kilifeu avoir reçu la somme totale 4,5 millions FCfa. Une première remise de 1,5 million FCfa et celle-ci de 3 millions FCfa faite en direct. Après la remise de cette somme, Thierno donne ses exigences. «Il faut maintenant prendre cette somme et gérer le client. Je vais te donner le reste (500 000 Fcfa) après».

C’est là que Kilifeu entre en action. Après avoir reçu les fonds et lui a assuré qu’il va s’exécuter, en guise de bonne foi, il sort son téléphone et commence à appeler des contacts pour gérer la situation. Au premier contact, Kilifeu demande le numéro d’un certain Kamou (la personne qui doit lui faciliter la tâche). Le gars lui a dit : «non mon frère, je n’ai pas son contact». Il raccroche et dit à son ami qu’il peine à avoir le contact de Kamou. Une situation qui n’est pas du goût de Thierno qui entre dans une colère noire et le fait savoir à son ami. «Kilifeu, tu ne m’as jamais donné de satisfaction depuis que nous travaillions ensemble», murmure le gars, d’une voix frustrée. L’activiste tente un autre appel et parvient à joindre un contact. Large sourire aux lèvres, il commence par des questions sur le Hip Hop, comme pour en faire une amorce persuasive, mais finit par replonger dans le business des voyages.

«Boy, je veux rencontrer le Consul de France et je compte sur toi». Après une brève discussion téléphonique, ils se donnent rendez-vous pour en reparler. L’activiste reprend son échange avec son ami et lui fait l’économie de sa discussion avec son contact. Mais, rien n’est réglé. Kilifeu prend encore son téléphone pour contacter un certain Serigne, sa dernière chance. Serigne décroche et monopolise la parole. Il tient un argumentaire rassurant pour convaincre Kilifeu. Dès que le rappeur (kilifeu) raccroche son téléphone, Thierno lui fait savoir qu’il est pressé et qu’il faut que la situation soit décantée d’ici cinq jours. Le rappeur continue les tentatives pour rassurer son ami. Les consulats de Belgique, Espagne, France, entre autres, sont ses principales cibles.

Avec sa notoriété, il est convaincu qu’il peut régler les choses facilement. «Une fois devant les consuls, le problème sera réglé. Nous allons avoir ce que nous voulons», assure-t-il. Étant sous la pression avec l’ultimatum de son ami, un nommé Jeremy, une vieille connaissance, lui est venu à l’esprit. L’activiste pense que ce Monsieur Jeremy peut l’aider, mais il n’a pas son numéro.

Après la publication de la Vidéo, le rappeur a fait une sortie pour se blanchir et promet de tenir une conférence de presse prochainement.

«C’est une affaire privée qui me lie à un ami d’enfance avec qui j’ai cheminé pendant 20 ans. C’est quelqu’un qui nous a beaucoup aidés dans le passé, surtout durant la période des vaches maigres. Il nous trouvait parfois dans notre appartement, payait nos trois mois de location et nous achetait du ravitaillement. C’est juste pour vous montrer qu’on est très proche. Il quittait Dakar pour aller rendre visite à ma mère à Kaolack, solliciter des prières. Il y passait toute la journée avant de retourner à Dakar sans pour autant que je le sache. Il est venu me présenter un cas selon lequel, on doit évacuer son fils à l’étranger pour le soigner. En regardant la vidéo, vous verrez que le gars a tout fait pour me tendre un piège. On a même expliqué des anecdotes. Je pense qu’un trafic de visas ne passe pas par le Consul. Sur la vidéo, j’ai commencé à trouver des contacts pour joindre le Consul puisque c’est un cas urgent pour éviter le dépôt, surtout qu’en cette période de Covid-19, les dépôts ont été arrêtés. Les choses se sont passées comme ça. Demain (aujourd’hui : Ndlr), je vais faire un point de presse, parce que les Sénégalais ont besoin de comprendre. Je présente mes plates excuses, parce que ce n’est pas facile d’être un leader», explique le rappeur.