NETTALI.COM-La Coalition des organisations de la société civile sur le Global Financing Facility (COSC/GFF) a tenu un webinaire, le vendredi 16 juillet 2021, sur le thème : « Quelles réponses de la société civile face à la 3e vague de la Covid-19 ». Tout en regrettant la gestion de la pandémie par l’Etat, elle a préconisé des solutions.

La rencontre a permis de passer en revue les sous thèmes suivants : l’évolution récente de l’épidémie en chiffres, les conséquences de l’explosion des cas sur le système de santé sénégalais et les leviers sensibles, et actions immédiates à mener par la société civile. Les membres de la COSC/GFF ont regretté la politique de l’Etat qui n’a pas beaucoup intégré la société civile dans ses actions de lutte contre la pandémie de manière structurée et durable, malgré le soutien effectif en ressources humaines, financières et matérielles, en action sur le terrain de cette dernière. C’est fort de ce constat que la COSC/GFF a décidé de mettre en place une Task-Force de riposte rigoureuse qui implique tous les acteurs de la société civile évoluant dans le domaine de la santé.

La Task-Force ambitionne de mettre en synergie les ressources de la société civile afin que toutes les organisations membres revisitent encore les plans et les budgets pour mettre en place un programme d’urgence et venir en aide au système de santé du pays. Dans ce dispositif, une place importante est réservée aux jeunes et aux femmes dans les stratégies de riposte, surtout au plan communautaire.

La Coalition des organisations de la société civile COSC/GFF, consciente que la solution aux cas communautaires doit émaner d’une riposte communautaire, exhorte l’Etat du Sénégal à valoriser le travail de la société civile en démédicalisant davantage la riposte. Elle demande aux autorités de reconnaitre, pour le rectifier, que le système de santé ne se limite pas uniquement au ministère de la Santé et de l’Action sociale, il est impératif d’impliquer tous les acteurs de la santé, allant du niveau stratégique au niveau communautaire.

Les autorités en charge de la question sont également invitées à veiller à ce que les messages destinés aux populations ne soient pas divergents ni conflictuels, mais plutôt centrés et coordonnés.

Les organisations de la société civile prônent la centralisation et l’analyse de la remontée des informations afin de définir de meilleures stratégies de gestion de cette troisième vague. Elles demandent aussi de revoir les nouvelles politiques de prise en charge des cas de Covid-19 et penser à une stratégie hardie de vaccination visant à immuniser au moins 60 à 70% de la population.

La société civile en appelle à une prise de conscience de toute la communauté pour endiguer cette troisième vague et éviter que la Tabaski soit l’occasion de rependre le virus dans les régions. Elle souhaite que les Sénégalais qui sont à Dakar et qui envisagent d’aller passer la Tabaski dans leur localité puissent se prémunir en masque et en gel hydro alcoolique « Yobaalu Tabaski ». Elle les exhorte à respecter et à faire respecter les mesures barrières tout le long de leur trajet et une fois dans leurs foyers respectifs.

Il est demandé à l’Etat d’encadrer tout cela avec des contrôles assurés par les forces de défense et de sécurité, aussi de soutenir encore ces initiatives de la société civile ainsi que les acteurs communautaires qui n’ont jusqu’ici reçu que moins de 2% du budget alloué à la riposte contre la COVID 19.