NETTALI.COM  – Au terme de l’audition de son client pendant plusieurs heures par la Section de recherches, Me El hadji Diouf s’est adressé à la presse un peu après 20 heures ce mercredi. Et c’est pour assurer que Seydina Fall Bougazelli s’est bien défendu contre les lourdes accusations qui pèsent sur lui.

“Seydina Fall Bougazelli.” Assurance de Me El hadji Diouf, avocat de l’ex-député apériste et responsable politique à Guédiawaye. Accusé de trafic de faux billets, Seydina Fall passe ce mercredi sa première nuit en garde-à-vue dans les locaux de la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane où il est arrivé vers 16 heures 30 pour une audition qui a duré de 17 heures à 20 heures passées. Audition au terme de laquelle, Bougazelli est placé en garde-à-vue. “Il est en garde-à-vue et c’est normal pendant la phase de l’enquête”, a dit Me El hadji Diouf. L’avocat explique que c’est pour “sécuriser l’enquête” que son client a été retenu. Mais, souligne-t-il, “Bougazelli a répondu à toutes les questions”.

Selon Me El hadji Diouf, ce n’est qu’au terme de la garde-à-vue que Seydina Fall alias Bougazelli sera déféré au parquet. “Il appartiendra au procureur de donner la suite qu’il faut”, a-t-il martelé.

En outre, Me El hadji Diouf s’est permis de donner une petite leçon de droit aux journalistes qui disent que son client est en garde-à-vue. “D’abord, il ne faut pas mélanger les genres. Il ne peut pas y avoir mandat de dépôt. Seul le procureur ou le juge peut décerner un mandat de dépôt. Aucun gendarme ou policier ne peut le faire”, explique l’avocat de Seydina Fall Bougazelli.