NETTALI.COM-Au Sénégal, le marché du travail a été marqué, en 2020, par l’ouverture de 1 580 établissements déclarés au niveau des inspections du travail et de la sécurité sociale, générant 8 180 emplois. A côté de ces ouvertures, le Rapport annuel des statistiques du travail 2020, du ministère du Travail, reçu hier à “EnQuête’’, fait état de la fermeture de 233 établissements ayant occasionné 1 662 emplois perdus.

Le Rapport annuel des statistiques du travail 2020 du ministère du Travail, du Dialogue social et des Relations avec les Institutions, reçu hier à “EnQuête’’, révèle que 1 580 établissements ont été déclarés ouverts au niveau des inspections du travail et de la sécurité sociale. Ces ouvertures ont généré 8 180 emplois. A côté de ces ouvertures, le rapport fait état de la fermeture de 233 établissements ayant occasionné 1 662 emplois perdus.

Par ailleurs, en dépit du contexte marqué par la pandémie de Covid-19 avec ses corollaires sur le plan économique, le marché du travail s’est enrichi de 63 491 contrats de travail. “La distribution de ces contrats révèle une prédominance des hommes qui, à eux seuls, concentrent les 74,39 % du total, contre 25,61 % pour les femmes’’, renseigne le document.

“En considérant le stage, on remarque une offre très accrue en 2020, matérialisée par 3 383 contrats de stage d’adaptation, 475 contrats de stage pré-embauche, 397 contrats de stage d’incubation et 5 contrats de stage de requalification, soit un total de 4 260 contrats de stage. Plus de 91 % de ces contrats ont été conclus avec des hommes, contre 8,48 % avec des femmes.
L‘effectif des entreprises ainsi visitées s’élève à 41 612 travailleurs. Au terme de ces contrôles, 1 410 convocations, 560 lettres d’observation, 106 mises en demeure, 578 observations orales et 14 procès-verbaux (PV) d’infraction ont été dressés par les inspections du travail et de la sécurité sociale. Ces contrôles ont pu aboutir, avec des proportions différentes, à une régularisation de la situation des établissements et des travailleurs en fonction de la nature de chaque manquement relevé.

Le rapport indique également 10 777 consultations des inspections du travail et de la sécurité sociale dont 38,30 % à l’initiative des employeurs, 58,35 % provenant des travailleurs et 3,35 % émanant des autres usagers. Outre ces consultations, il est relevé 3 915 attestations de non-travail, 1 791 attestations de régularité, 1 153 attestations de service délivrées, mais aussi 10 641 travailleurs immatriculés par les inspections du travail et de la sécurité sociale (ITSS) et la Direction des statistiques du travail et des études (DSTE). Environ 7 milliards pour le paiement des ruptures de contrat à l’amiable.

Il est aussi noté que les tentatives de conciliation diligentées au niveau des inspections du travail et de la sécurité sociale se sont soldées par 991 procès-verbaux de conciliations totales et 35 procès-verbaux de conciliations partielles ayant entrainé une régularisation financière de 561 088 555 F CFA. Ceci, au profit de 1 828 travailleurs, d’où une moyenne par travailleur de 344 649 F CFA.