NETTALI.COM – Le Sénégal “doit plus que jamais” renforcer le dispositif de développement de ses normes nationales avec l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), a préconisé mardi à Dakar le directeur général de l’Association sénégalaise de normalisation (ASN), Abdourahmane Dione en des termes repris par l’Agence de presse sénégalaise.

Le dispositif de développement de normes nationales “doit plus que jamais être renforcé mais aussi notre participation aux travaux de normalisation aux niveaux sous-régional et régional africain doit aussi l’être”, a-t-il dit.

Dione présidait une session de renforcement de capacités des membres des comités techniques de normalisation de l’Association sénégalaise de normalisation (ASN).

“Avec la ZLECAF, ce sont les normes qui vont réguler le marché, d’où l’importance, pour nos opérateurs économiques et nos régulateurs, de prendre part aux activités de normalisation au niveau régional afin de maîtriser les différentes étapes” et voir la manière dont ils peuvent “influencer les futures normes de régulation du marché”, a expliqué le DG de l’ASN.

La norme, relève-t-il, “est le résultat d’un travail consensuel, formé autour des différents acteurs que sont le privé, l’université, le gouvernement mais aussi les consommateurs”, a-t-il souligné.

“Aussi, c’est quand on parvient à obtenir un consensus sur un secteur ou un sujet donné, que l’on peut parler de norme. Cela démontre le rôle du comité technique de normalisation dans le dispositif de développement de normes”, a ajouté Abdourahmane Dione.

Avec son entrée dans la zone économique de libre-échange continentale (ZLECAF), qui consacre la libération des échanges entre pays africains et dans les secteurs primitifs, le Sénégal va bénéficier de conditions d’accès allégées aux autres marchés notamment en termes de contraintes douanières, a-t-il signalé.

Cela explique pourquoi la ZLECAF devrait être arrimée aux normes qui, “en définitive, seront les seuls régulateurs du marché continental africain”.

“C’est dire que la normalisation occupe une place importante dans la stratégie de développement du pays”, a poursuivi M. Dione, avant d’évoquer les objectifs de la session de renforcement de capacités organisée à l’intention des membres des comités techniques de normalisation de l’Association sénégalaise de normalisation (ASN).

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du plan d’actions de la politique de mise en œuvre de la politique nationale de la qualité, adoptée en mars 2017.

“A travers ces séries de formation, nous cherchons à réactualiser le niveau de maîtrise de la normalisation par les acteurs, qu’ils s’approprient les différentes étapes, mais qu’ils puissent mieux contribuer à la qualité des normes qui seront développées”, a indiqué Abdourahmane Ndione.

Il s’agit en outre de maîtriser les normes internationales, “car ce sont ces normes qui font le marché”, a-t-il insisté.

La ZLECA, initialement prévue pour entrer en vigueur le premier juillet 2020, vise à créer la plus grande zone de libre-échange au monde avec le potentiel de rassembler plus de 1,2 milliard de personnes.