NETTALI.COM- Le chef de l’Etat a présidé ce jeudi 27 mai la 8ème assemblée générale de la Plateforme des régulateurs de l’audiovisuel des pays membres de l’UEMOA et de la Guinée. Le Président Macky Sall a une fois de plus décrié les dérives sur les réseaux sociaux et répondu à la société civile et à la presse en ligne qui lui prêtent des intentions de violation de la liberté d’expression avec le projet “d’assainissement de ce secteur”. 

Une fois encore, le président de la République a tiré la sonnette d’alarme par rapport  aux dérives de certains journaux en ligne. Macky Sall,  qui présidait ce jeudi 27 mai 2021, la 8ème assemblée générale de la plateforme des régulateurs de l’audiovisuel des pays membres de l’UEMOA et de la Guinée, a déploré cette situation .La profession est agressée par les non professionnels qui sous le couvert de la liberté d’opinion, charrient des contre valeurs. Certains constituent en eux-mêmes les pires ennemis des droits et libertés de l’homme qui utilisent les médias comme canal de transmission”, a-t-il martelé.

Aussi invite-t-il les professionnels de l’information et de la communication à assainir la profession. ” Je pense que c’est d’abord le travail des professionnels d’assainir leur secteur, de l’organiser davantage. Les autres corps ont des ordres. Il y a l’ordre des médecins, l’ordre des ingénieurs. Tout le monde ne peut pas s’improviser professionnel de l’information et de la communication alors que vous parlez quotidiennement à des centaines de milliers de personnes, voire des millions sans qualification sans formation. Il n’y a rien de plus dangereux à une société que d’avoir de telles situations. Un danger qui constitue un danger pour la société“, a fulminé le chef de l’État.

Pour lui, la société  doit être protégée et c’est le rôle de l’Etat à travers notamment une bonne régulation.

Répondant à la société civile et à la presse en ligne, qui dans un communiqué soupçonne une violation de la liberté  d’expression, le Président  Sall déclare: ” réguler ne saurait être considéré comme un acte de censure ou de répression. Bien au contraire, il s’agit d’assurer à chacun le droit et la liberté de vivre et de s’épanouir dans le respect du droit et de la liberté des autres. Entre les deux, il ne peut y avoir de rapports verticaux mais, horizontaux et aucune catégorie socioprofessionnelle ne peut s’arroger de droits et libertés supérieurs aux autres“.

Par ailleurs, le Président Sall s’est réjoui de la nomination  de Babacar  Diagne, président du CNRA, porté  par ses pairs à la tête de la plateforme sous-régionale.

Babacar est un professionnel averti de la communication et de l’audiovisuel au Sénégal et hors de nos frontières. Il allie le savoir, le savoir faire et surtout le savoir-être et une longue pratique du terrain et de la pratique. Il a l’expérience du terrain et de la communication mais aussi de la diplomatie et toutes ces qualités le prédisposent à porter la plateforme à niveau supérieur au cours de son mandat. Il aura tout mon soutien“, a déclaré le chef de l’Etat.