NETTALI.COM- 52 millions de francs CFA, c’est le montant que Madjiguène Chanel Diongue réclame à son camarade, l’entrepreneur Aly Doucouré, qu’elle avait confié la construction d’un immeuble R+6. Ce dernier qui, après avoir encaissé 25 millions de francs CFA n’a pas posé une seule pierre, risque 6 mois de prison ferme pour abus de confiance.

Madjiguène Chanel Diongue, épouse de Birima Mangara, est très déçue des agissements de son camarade de classe, Aly Doucouré, entrepreneur de son état. Elle a retrouvé les contacts de ce dernier sur Facebook après qu’elle l’avait perdu de vue depuis des années. Séduite par les plans architecturaux de son camarade de classe, elle lui avait confié la construction d’un immeuble R+6. Un projet qu’elle avait pour sa mère et son oncle. Après discussion, Aly Doucouré demande 98 millions de francs CFA pour la réalisation de l’édifice. Sur ces entrefaites, elle lui verse un acompte de 25 millions de francs. Mais, elle ne verra même pas un fondement. Autrement dit, l’immeuble ne sera pas construit. Elle demande le remboursement de son argent. Hélas, elle ne rentrera pas dans ses fonds. C’est alors qu’elle a saisi la justice.

Devant le prétoire, le prévenu a battu en brèche les faits qui lui sont reprochés. Selon lui, si l’immeuble n’est pas encore sorti de terrer, c’est parce qu’il n’a pas encore eu l’autorisation de construire. « Lors du démarrage du chantier, j’ai acheté du ciment, du fer entres autres matériaux de construction, mais je n’ai pas les chiffres en tête. J’ai aussi payé la somme de 3 millions aux ouvriers pour la démolition. Toutes les factures se trouvent à mon bureau », a expliqué Aly Doucouré.

Une version contestée par la plaignante qui dit ne pas être la seule victime du prévenu et qu’elle voulait même constituer un collectif.

Me Bamba Cissé, avocat de la partie civile a, lors de sa plaidoirie, réclamé le montant de 52 millions de francs CFA pour la réparation du préjudice subi.

Le maitre des poursuites, estimant que les faits sont constants, a requis 6 mois de prison ferme. Là où les avocats de la défense ont plaidé la relaxe pure et simple.

L’affaire est mise en délibéré. Le verdict sera rendu le 29 avril prochain.