NETTALI.COM – L’Association des internes et anciens internes des hôpitaux du Sénégal (Aiaihs) rame à contre-courant du parquet, relativement à l’enquête ouverte après l’incendie à l’hôpital Magatte Lô de Linguère qui a coûté la vie à quatre bébés. L’organisation indexe une « précipitation » qui se cherche des boucs-émissaires.

 

L’information judiciaire ouverte par le procureur de Louga contre l’ex directeur de l’hôpital Maguette Lo, Abdou Sarr et deux autres agents, ne rencontre pas l’adhésion de l’Association des internes et anciens internes des hôpitaux du Sénégal (Aiaihs).

Via un communiqué, la structure déplore une précipitation. «Nous constatons une précipitation dans la procédure pour la manifestation de la vérité par l’enclenchement d’une action publique du parquet visant des soignants exemplaires, souvent abandonnés par un système de santé démissionnaire et statique face à un plateau technique précaire et parfois inexistant», dénonce le texte.

L’Aiaihs, qui déplore «les conditions de travail dans nos hôpitaux », pense que cette procédure judiciaire «constitue une intimidation pour toute la famille médicale et donc inacceptable de surcroit en l’absence d’enquête approfondie et impartiale». Pour l’organisation, cette situation résulte « d’un faible financement de la Santé laissant les soignants à une lutte quotidienne pour le bien-être physique et moral de nos patients».

Ainsi, l’Aiaihs apporte son soutien à tout le personnel de l’Hôpital de Linguère et témoigne son engagement et sa solidarité auprès du Syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (Sames). Cela,  pour la défense de la dignité de leur profession et l’amélioration des conditions de travail dans nos hôpitaux.

Pour finir, l’Association des internes et anciens internes des hôpitaux du Sénégal appelle aussi à plus de sérénité et responsabilité de la part des autorités afin d’éviter une escalade regrettable.