NETTALI.COM – Le tableau de chasse de P. K. Ngom est à faire pâlir tous les escrocs de la République. Le bonhomme a été interpellé, jeudi dernier, par les limiers de la Division spéciale de cybercriminalité et sera déféré ce matin au parquet. Il a réussi à escroquer des VIP de la République, des ministres, des artistes, des officiers…

P.K. Ngom est assurément un as de l’escroquerie. Et pour cause, il a réussi à rouler dans la farine plusieurs VIP de la République, en se faisant passer pour une haute personnalité du pays. En plus d’avoir de la suite dans les idées, il est d’une témérité sans borne, puisque ses cibles étaient des commandants de gendarmerie, des commissaires de police, des juges, des magistrats, des ministres de la République, des directeurs généraux, des présidents de conseil d’administration (PCA), entre autres. Selon nos sources, son entreprise frauduleuse a été grandement facilitée par l’utilisation d’un logiciel, sur son téléphone, qui lui permettait d’identifier la fonction des personnes qu’il ciblait afin de les dépouiller.

Le sieur Ngom demandait ainsi à ses cibles des montants qui variaient entre 100 000 et plusieurs millions de francs CFA. Selon nos interlocuteurs, il avait récemment câblé le commandant Guèye, patron des forces spéciales de l’armée, à qui il avait déclaré être dans le besoin, vu qu’il venait juste de perdre sa mère. Touché par cette triste nouvelle, celui-ci lui avait envoyé 200 000 F CFA, à titre de soutien à une haute autorité de la République à qui il croyait avoir affaire. La cupidité poussera M. Ngom à le rappeler afin de lui demander de lui faire une rallonge de 300 000 F CFA puisqu’il est fauché. Ce qui avait intrigué le soldat.

Le commandant Guèye se penchera alors sur le profil de cette personne qui le harcelait au téléphone et commencera à avoir des doutes. Pour en avoir le cœur net, il a feint de jouer le jeu avec le présumé escroc, tout en saisissant les limiers de la Division spéciale de cybercriminalité (DSC) pour tirer cette affaire au clair.

Munis de cette information et de quelques pistes, les hommes du commissaire Kandé, le patron de la DSC se lancent aux trousses de P. K. Ngom, puisqu’ils avaient reçu des plaintes d’autres personnes ayant été victimes d’un escroc qui utilisait le même mode opératoire. Toutes les victimes avaient ainsi reçu un appel du sieur Ngom, se faisant passer pour un haut responsable de l’Etat afin de leur demander un appui financier conjoncturel.

Après plusieurs jours de recoupements et d’investigations, ils sont parvenus à le localiser, avant de l’arrêter jeudi dernier. Il a, ensuite, été acheminé dans les locaux de la DSC pour les besoins de son audition.

Une centaine de victimes identifiées

Lors de son audition dans les locaux de la DSC, renseignent nos sources, il a rapidement reconnu les faits qui lui sont reprochés, vu que les enquêteurs détiennent de nombreuses preuves contre lui. Il a ainsi confié aux hommes du commissaire Kandé s’être fait passer tour à tour pour un juge, un commissaire de police, un commandant de la gendarmerie, un haut gradé de l’armée, un ministre, un artiste, une personnalité du showbiz pour gruger ses cibles. Il a aussi confié être dans ce business depuis un certain temps. Mais que c’est la première fois qu’il se fait prendre.

Interrogé sur le nombre exact de ses victimes depuis qu’il s’exerce dans l’escroquerie, il a répondu avoir perdu le décompte, mais que le nombre pouvait tourner autour d’une centaine. Elles sont toutes des personnalités du pays qui évoluent dans différents secteurs. Sa dernière victime, avant son arrestation, a-t-il confessé, est un grand artiste-musicien du pays.

Le sieur Guèye a aussi laissé entendre que ses proies mordaient facilement à l’hameçon, à cause de son assurance, lorsqu’il les appelait au téléphone, après les avoir identifiées. Le présumé escroc révèle aussi que les montants qu’il réclamait, étaient proportionnels au niveau de vie de la cible. Autrement dit, plus la cible était haut placée, plus il demandait une somme, sans courir le risque de se faire découvrir puisqu’il se faisait passer pour un ponte de la République.

Selon toujours nos informations, depuis son arrestation, le téléphone de la DSC explose. Des coups de fil de victimes de l’escroc, toutes des célébrités ou des personnes connues. Le préjudice est, pour l’instant, estimé à plus de 50 millions F CFA, précisent plusieurs sources.

Sauf changement de dernière minute, P. K. Ngom, âgé de 38 ans, sera remis aujourd’hui dans la matinée entre les mains du procureur de la République qui va décider de son sort. Cela va coïncider avec la fin de sa période de garde à vue dans les locaux de la Division spéciale de la cybercriminalité.

ENQUETE