NETTALI.COM – Le ministre de l’Enseignement supérieur a annoncé la livraison des travaux de l’Université Amadou Makhtar Mbow et de celle du Sine Saloum en octobre 2021.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, invité du Jury du dimanche, a reconnu que que les universités sénégalaises sont confrontées à des problèmes d’infrastructures. Il dit l’avoir constaté quand il est arrivé à la tête de ce ministère.  “J’ai constaté qu’il y avait le problème de l’Université Amadou Makhtar Mbao (UAM) qui était à l’arrêt. Aujourd’hui, nous avons signé avec une entreprise pour terminer 80% des travaux d’UAM. C’est l’entreprise turque Summa”, a expliqué le ministre Cheikhou Oumar Hann.

A l’en croire, le projet qu’il a trouvé sur la table, proposé par le coordinateur des travaux de l’université Amadou Mactar MBow, était évalué à 100 milliards de francs Cfa. “Nous avons réuni les instances académiques de l’université, travaillé avec et revu à la baisse le coût. Aujourd’hui, nous sommes au tour de 25 milliards de francs CFA avec un engagement de finaliser tous les travaux en un an, à partir de la semaine prochaine. En octobre 2021, on livrera la moitié des infrastructures pour l’UAMM, les gens commencent à y travailler.  Nous avons réduit le coût et nous allons accélérer”, a rassuré le ministre.

Cependant, il a confirmé que 30 milliards auraient été décaissés au bénéfice d’une entreprise de la Société Marylis Btp Bictogo. Il fait noter que le Gouvernement a constaté qu’il y a eu un dysfonctionnement réel. “On a repris le chantier en main. Le président a repris le chantier qu’il a même domicilié au niveau de la Présidence. Cela veut dire qu’il y a un disfonctionnement au niveau du ministère de l’Enseignement supérieur. Mais, même si le gouvernement a donné 30 milliards au début, il faut aussi noter que le projet global c’est de 100 milliards de francs CFA.  Les disfonctionnements, on les évaluera”, promet-il.

S’agissant de l’Université Sine Saloum, le ministre rappelle qu’à son arrivée, il n’y avait rien. C’est lui qui a fait démarrer les chantiers de Fatick et de Kaffrine et, c’est par la suite qu’il y a eu les difficultés à cause de la Covid-19. Mais, rassure-t-il, les travaux vont reprendre. “On va démarrer les travaux dans moins de 2 semaines. Donc sur ces deux grandes universités, d’ici un an, les travaux seront derrière nous”, rassure-t-il.