NETTALI.COM  – Interpellés vendredi à Tivaouane, Ardo Gningue du Mouvement “Sénégal va mal” a été transféré à Dakar et gardé dans les locaux de la Division des investigations criminelles (Dic). Ses camarades du collectif “Ñoo lank” dénoncent un “abus manifeste” du régime de Macky Sall.

L’arrestation d’Ardo Gningue du Mouvement “Sénégal va mal” n’est pas du goût du collectif “Ñoo lank” dont il est également membre. Dans un communiqué, le collectif  dénonce une “arrestation abusive  du camarade Ardo Gningue” qui est, “aux dernières nouvelles”, en garde-à-vue à la Division des investigations criminelles (Dic).

“En violation flagrante des droits et libertés consacrées par la Constitution et les lois de notre pays, le régime liberticide, répressif et inique du président Macky Sall vient de prouver encore une fois son mépris pour les droits élémentaires des citoyens. Cet abus manifeste du régime de Macky Sall n’est qu’une forfaiture de plus dans la longue liste de ses dénis de droit qui ont fini de le présenter comme un tyrannosaure précoce de la constitution et de nos lois”, lit-on dans le communiqué de “Ñoo lank”. Et la même source d’ajouter que “de tels abus ne feront que renforcer la détermination du collectif à lutter encore plus fort pour le respect des libertés individuelles et la défense des intérêts populaires de plus en plus menacés par cette violence d’Etat qui exaspère les Sénégalais, marque un recul démocratique et trahit leur confiance.” Avant de rappeler : “Nous degageons toutes nos responsabilités sur tout ce qui arrivera dans les prochains jours. Nous ne pouvons plus retenir les gens décidés de riposter à la hauteur de l’injustice que les citoyens subissent, par la hausse injustifiée des prix de l’électricité, et par l’incarcération arbitraire et absurde du camarade Guy Marius Sagna.”

Car, pour Aliou Sané et compagnie, “ces agressions contre les libertés et les droits fondamentaux, loin de la refroidir, décuplent la détermination des Sénégalaises et des Sénégalais à poursuivre le combat pour l’annulation de la hausse du prix de l’électricité, la libération de Guy Marius Sagna et Ardo Gningue.”