NETTALI.COM –  2 ans de prison dont 6 mois ferme, c’est la peine que le parquet  a requise ce mardi 27 avril 2021, contre Jean Michel Landry. Ce ressortissant ivoirien qui faisait face hier mardi 27 avril au juges des flagrants délits de Dakar. Il est poursuivi pour collecte illicite de données à caractère personnel, menaces de mort et injures.

De nationalité ivoirienne, Jean Michel Landry a comparu à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour collecte illicite de données personnelles, injures et menaces de mort. Il menaçait de tuer Jean Noël Diouf qui sortait avec sa copine. « Il m’envoyait des messages dans lesquels, il menaçait de coucher avec mon épouse si je ne laisse pas tranquille mon ex petite amie. En effet, il ne supporte pas que je prenne toujours soin de celle-ci notamment par le fait que je lui envoie chaque fin du mois, l’argent de la tontine », a raconté Jean Noël Diouf, partie civile. Selon ses explications, le prévenu a pris la photo de son épouse sur le réseau facebook et l’a mise en photo de profil pendant 6 mois, rien que pour le provoquer.

« C’est quand il a menacé de tuer Anne Marie, mon ex copine avec un couteau que j’ai saisi la justice. Car il m’a envoyé un message disant que ma famille et moi sommes ses prochaines cibles », a ajouté Diouf.

Des faits reconnus partiellement par le prévenu qui indique que c’est le plaignant qui a été le premier à l’avoir insulté et que lui n’a fait que répliquer.

Jean Michel Landry s’en est également pris à sa collègue Ndèye Astou Amar Mbaye. Cette dernière a été enregistrée à son insu et leur communication privée diffusée par celui-ci dans un groupe WhatsApp par le prévenu qui, dit-elle, a terni son image, juste parce qu’elle lui réclamait de l’argent que le prévenu lui doit. Elle réclame ainsi la somme de 110 mille francs CFA à titre de dommages et intérêts.

Le parquet a requis deux ans d’emprisonnement dont six mois ferme contre Jean Michel Landry.

La défense a plaidé l’application bienveillante de loi.

L’affaire mise en délibéré, le tribunal rendra sa décision le 4 mai prochain.