NETTALI.COMMacky Sall veut reconquérir le cœur de ses jeunes compatriotes avant les prochaines échéances électorales. Et pour ce faire, le chef de l’Apr compte sur une communication plus agressive de son camp en plus des nombreuses promesses sur l’emploi des jeunes. 

Deux discours à la nation en moins d’un mois. C’est ce que le président de la République a été obligé de faire ces dernières semaines. Le 8 mars dernier, Macky Sall s’est adressé à ses compatriotes pour calmer la rue face aux violentes manifestations qui ont suivi l’interpellation de l’opposant Ousmane Sonko. Arrêté dans une sombre affaire de mœurs, ce dernier avait été gardé à vue plusieurs jours avant d’être Inculpé et placé sous contrôle judiciaire quelques heures avant l’adresse à la nation du chef de l’Etat. Moins d’un mois après, le président de la République a encore repris solennellement la parole. C’était le 3 avril dernier, c’est-à-dire à la veille de la fête de l’indépendance du Sénégal. Et les deux messages ont ceci de commun : Macky Sall s’est exclusivement adressé à la jeunesse. Enfin presque. En effet, s’il a eu quelques mots pour l’armée le 3 avril, l’essentiel de son discours était destiné aux jeunes à qui il tente de faire la cour depuis les violences de début mars.

A la jeunesse sénégalaise, le chef de l’Etat a d’abord promis une enveloppe de 350 milliards de francs qui sera, par la suite, portée à 450 milliards pour la création d’emplois. “65 000 emplois dès le mois de mai“, a promis celui qui dit avoir compris “sa” jeunesse.  Sauf que derrière le “je vous ai compris” de Macky Sall se cache toute une stratégie de reconquête du cœur des Sénégalais électeurs. Ce qui, selon certains proches du chef de l’Etat, passe un changement dans la stratégie de communication du pouvoir.

Selon diverses sources, le président de la République a expressément demandé à ses collaborateurs d’être plus présents sur les plateaux de télévision. “Il ne faut plus laisser n’importe qui aller dire n’importe quoi“, leur aurait-il demandé. La preuve : c’est de fortes personnalités qui ont été envoyées sur les plateaux de télé après le discours du 3 avril dernier. Et c’est le ministre Seydou Gueye qui est sur le pont. A ce dernier, il a notamment été demandé de veiller à établir de meilleures relations de partenariat avec les organes de presse de la place. Mieux, à côté de la “Task-force républicaine” dirigée par Birame Faye, mais en réalité coachée par Mahmout Saleh, se développe un autre cadre de “débatteurs”. Il s’agit du “pool com” de la Coordination des cadres républicains (Ccr). Les membres de ce pool ont déjà reçu une formation afin de mieux défendre le bilan de Macky Sall, notamment ses investissements pour trouver des solutions durables au chômage des jeunes. Sans compter le “Grand groupe républicain” qui s’agite également de son côté.

Toutefois, le pouvoir se sait aussi très retard sur les réseaux sociaux où le Pastef règne en maître. C’est donc pour rattraper ce retard que des dizaines de faux comptes sont créés. Certains prétendant réclamer justice pour la dame Adji Sarr qui accuse Ousmane Sonko de viols.

La grande question est alors de savoir pourquoi toute cette stratégie. “Le président a besoin de reconquérir sa jeunesse“, répond un responsable du parti au pouvoir. Mais à quelles fins ? Peut-être dans la perspective d’une éventuelle troisième candidature en 2024.