NETTALI.COM – Les membres du Front de résistance nationale (FRN) reproupant les partis de l’opposition sénégalaise, ont demandé le limogeage du Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye et du Doyen des juges, Samba Sall. Ils l’ont fait savoir au cours d’une rencontre avec une délégation envoyée par le Khalife général des mourides.

Les signataires de la déclaration réclament aussi l’instauration d’une véritable démocratie politique sociale et citoyenne dans notre pays.

D’abord le Frn exige l’arrêt des répressions politiques et de l’instrumentalisation de la justice pour cibler et éliminer de potentiels adversaires à l’élection présidentielle.

Ensuite, le Frn demande aussi le rétablissement des libertés démocratiques, d’expression, de manifestations pacifiques et de  diffusions libres de l’information.

Le Frn exige également la libération de tous les détenus politiques arrêtés lors des émeutes, suite à l’arrestation de Ousmane Sonko.

L’opposition réclame l’identification après enquête indépendante et la poursuite judiciaire des auteurs des tueries et des nervis au cours des manifestations et l’indemnisation des familles victimes et des blessés.

Le Frn veut le respect du calendrier et la tenue des locales en 2021, celle des élections législatives en 2022 et celle de la Présidentielle en 2024.

Abdoul Mbaye et Cie exigent l’application des accords consensuels issus de la Commission politique dialogue national.

Ils demandent le recouvrement des droits civiques de Karim et Khalifa et la nomination de juge indépendant en lieu et place du conseil constitutionnel pour la proclamation des résultats.

A propos du mandat présidentiel, ils demandent à Macky Sall le renoncement à son “ni oui, ni non” en réponse aux questions sur sa candidature éventuelle en 2024 et la confirmation de l’impossibilité d’un 3e mandat consécutive en conformité avec la lettre de la Constitution et de l’esprit de cette dernière tel qu’il a eu à l’exprimer lors du referendum de 2016.

Cet engagement du Président Macky Sall doit être public et faire intervenir des garanties aussi nationales qu’étrangères.

L’abrogation du système de parrainage et la récusation du Conseil  constitutionnel  dans la validation des dossiers de candidature à la présidence de la république sont également exigées.

L’opposition réclame la réécriture des articles L31 et L32 du Code électorale pour mettre fin à l’automaticité de la peine consistant en une suppression des droits civiques en rapport avec la moindre condamnation pénale.

La modification du Code électoral en son article L57 modifiée afin de dissocier le statut d’électeur de la capacité à être éligible est aussi demandée de même que la suppression du statut de non électeur associé à la Carte nationale d’identité.

Le Frn exige la fin du blocage par le Président et le Procureur des rapports des corps de contrôle de l’Etat, en particulier ceux de l’Ofnac, épinglant des dignitaires du régime.

Mais aussi l’instruction de la plainte pour faux dans l’affaire Sall-Petrotim « bloquée depuis deux ans en violation du code de procédure pénale. »