NETTALI.COM – Greenpeace Afrique appelle le gouvernement gambien à prendre des mesures concrètes pour arrêter l’expansion des usines de farine et d’huile de poisson, et résoudre les problèmes environnementaux y afférents. Ceci, après qu’une usine chinoise de production de farine de poisson nommée Golden Lead, basée à Gunjur, en Gambie, a récemment décidé d’élargir son usine, en accaparant les terres des femmes productrices de légumes.

Le projet d’expansion de l’usine de farine de poisson a été révélé par des messages diffusés sur les médias sociaux. Cela a provoqué la frustration des jeunes militants écologistes et des protestations parmi les populations de Gunjur. Car cette expansion affectera directement 31 femmes dont le maraîchage est l’unique moyen de subsistance. A l’image d’Awa Darboe, une maraîchère de Gunjur qui a affiché toute son inquiétude : ‘’Mon fils est étudiant, et grâce à cette petite ferme, je suis en mesure de payer les frais de scolarité de son université. L’année dernière, j’ai gagné 35 000 dalasis et cette année, le potager est encore plus important. Maintenant, ils veulent nous enlever d’ici et le donner aux Chinois.’’

De nombreux pêcheurs artisanaux et petits agriculteurs locaux subissent les conséquences négatives d’expansion industrielle comme celle de Golden Lead. L’accaparement des terres est un problème majeur et une menace pour la sécurité alimentaire et la protection de la nature. Ce qui fait dire à Mustapha Manneh, rédacteur régional pour l’Afrique de l’Ouest de China Dialogue, que ‘’le fait de priver les femmes gambiennes locales de leur emploi montre que le peuple gambien n’est pas une priorité pour le gouvernement. Les agricultrices paient les frais de scolarité de leurs enfants et nourrissent leurs familles. Si leurs moyens de subsistance sont affectés, beaucoup plus d’enfants souffriront.’’

Golden Lead a d’abord étendu son usine en 2017, après avoir construit des réservoirs de déchets et des logements pour ses travailleurs, sans en informer la communauté, ni réaliser d’étude d’impact environnemental. Pour Ibrahim Cissé, Chargé de campagne à Greenpeace Afrique, ‘’il est grand temps de faire la lumière sur l’impact social, économique et environnemental des usines de farine et d’huile de poisson sur les populations les plus vulnérables’’. Un jeune militant de Gunjur est allé plus loin, en déclarant aux responsables de l’usine : ‘’Vous ne pouvez pas venir corrompre notre peuple et vous approprier nos terres. Arrêtez d’accaparer nos terres. Personne ne peut aller en Chine et faire cela.’’

Les militants de Greenpeace Afrique dans la région confirment que la communauté vivant à proximité des usines de farine et d’huile de poisson est exposée à une pollution atmosphérique constante, depuis six ans. Un mal que dénonce le rédacteur régional pour l’Afrique de l’Ouest de China Dialogue qui assure qu’’’en tant qu’êtres humains, c’est notre droit fondamental de respirer de l’air naturel’’.