NETTALI.COM – Deux procédures sont pendantes devant la justice dans l’affaire Ousmane Sonko. La première, relative au viol, a été confiée au juge du 8e cabinet. La seconde qui découle des manifestations de lundi dernier, a été confiée au juge du 1e cabinet. Une vingtaine de personnes a été inculpée pour participation à un mouvement insurrectionnel, incendie criminel, association de malfaiteurs, destruction de biens publics et privés et violences sur des agents de la force publique.

Dans le cadre de son information, le juge du 1e cabinet a donné une délégation judiciaire à la Division des investigations criminelles (Dic). En clair, il est demandé par le magistrat instructeur à cette entité de la police judiciaire, de rechercher toutes les personnes qui ont participé d’une manière ou d’une autre à ce mouvement qui a pour conséquence la commission de plusieurs infractions réprimées par le Code pénal.

La Dic qui a alors envoyé des réquisitions à tous les opérateurs de téléphonie, a procédé à des géolocalisations et a exploité, les images des caméras de surveillance disséminés un peu partout à Dakar. C’est ainsi que plusieurs personnes ont été arrêtées et placées en garde à vous.

Par exemple, ce mercredi 17 février, les éléments de la Dic ont arrêté Bawar Dia, un agent en service à l’agence de la Sonatel de la Médina qui a été discrètement cueilli et placé en garde à vue. Il est soupçonné d’avoir livré les numéros des autorités étatiques qui ont envoyé des appels et messages jugés menaçant, destinés directement au Président de la République.

C’est d’ailleurs dans ce cadre-là que Fatima Mbengue de “Frapp” a été arrêtée et placée en garde à vue hier mercredi.  Elle aurait des liens, selon l’enquête, avec l’agent de la Sonatel en cause.

Rappelons que dans cette affaire, Fatimata Traoré, agent à la société d’intérim « Sen Set group», avait acheté la puce en cause, pour le compte de Patricia Mariame Ngandoul, épouse de l’administrateur général de Pastef. Si Fatimata Traoré a été libérée, Patricia est toujours en garde à vue, ainsi que Abass Fall (Pastef-Dakar), retenu depuis dimanche pour «atteinte à la sûreté de l’Etat, menaces de mort et diffusion de fausses nouvelles». D’autres arrestations sont également prévues, selon nos sources