NETTALI.COM- 40 millions de francs Cfa.  C’est le montant perdu depuis le début de l’année académique par les restaurants universitaires de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis lors des journées sans ticket dénommé “Nguenté toubab” . Le Centre régional des œuvres universitaires l’a fait savoir à travers un communiqué.

Le Centre régional des Œuvres Universitaires de Saint Louis  (Crous) a fait le point sur les conséquences des Journées sans ticket communément appelées « Guenté Toubab » que les étudiants organisent spontanément à chaque fois qu’ils sont en manifestation. Ces journées sans ticket, au nombre de 29 depuis le début de l’année 2021, ont provoqué une baisse des recettes estimées à près de 40 millions de francs CFA.

« Les repas étant subventionnés par l’État du Sénégal, ces 29 jours de journées sans ticket équivalent à 36.000.000 francs CFA que le CROUS devra payer aux repreneurs qui se sont acquittés de leurs devoirs, à savoir préparer et servir aux étudiants 443.714 repas », a fait savoir le directeur du Centre régional des œuvres universitaires de Saint-Louis, Pape Ibrahima Faye dans un communiqué.

Selon lui, une telle situation ne peut prospérer au risque de détruire leur outil de travail. A l’en croire, le 03 mai 2019 les autorités avaient annoncé ne plus pouvoir garantir des services permanents et de qualité à la communauté estudiantine si aucune mesure n’était prise pour arrêter l’utilisation abusive des Journées Sans Ticket (JST) comme moyen de lutte syndicale des étudiants de l’université Gaston Berger de Saint-Louis. « Aujourd’hui, cette pratique s’est amplifiée durant l’année 2020 », regrette-t-il.