NETTALI.COM – La déception est le mot le mieux partagé chez les travailleurs de Sen’Eau. En conférence de presse ce jeudi au Centre des métiers de l’Eau, les agents de cette société sont revenus sur leur situation catastrophique après un an de service mais également sur la capitalisation des 8%, une des revendications qui peine toujours à être satisfaite.

Le 1er janvier 2020, la SEN’EAU est devenue la nouvelle société de gestion de l’exploitation et de la distribution de l’eau potable en zone urbaine et péri-urbaine pour une durée de 15 ans. Mais du côté des travailleurs, la déception est le maître-mot.

La Sen’Eau s’était bien imprégnée du dossier social. Quand elle faisait son offre, elle s’est suffisamment renseignée sur les préoccupations des travailleurs : à savoir la capitalisation des 8% et la représentation au conseil d’administration. En signant le contrat d’affermage, l’Etat lui a montré notre mémorandum. Donc, Sen’Eau avait toutes les informations en venant ici“, a laissé entendre le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs des eaux du Sénégal (SATES), Elimane Diouf.

Je ne vais pas faire de comparaison entre la Sde et Sen’Eau . Mais en tout cas, nos attentes envers Sen’Eau qui vient d’arriver ont été déçues en termes de règlement des préoccupations des travailleurs“, a-t-il regretté.

” La direction fait diversion”

En effet, le Syndicat autonome des travailleurs des eaux a renouvelé ce jeudi son engagement à faire à face afin de régler au mieux les revendications importantes qui tardent effectivement à être réglées. A cet effet, le cadre SATES/UTIS dénonce la tentative supposée de la direction générale à travers son DRH de semer la confusion entre travailleurs par la note numéro 282 du 15 octobre 2020. Car disent-ils “en lieu et place des revendications urgentes, elle cherche à nous orienter vers de fausses priorités“.

Constatant une volonté manifeste du DRH de vouloir organiser des élections dans l’illégalité, Elimane Diouf et compagnie ont saisi la direction générale.

Réunis ce jeudi 24 décembre, Oumar Sy et autres les délégués ont adopté les résolutions suivantes :

– Saisir les autorités compétentes par une notification de conflit collectif et sensibiliser le personnel sur la nécessité de faire face,
– Amener la Direction a accompagner le personnel ne disposant pas suffisamment de fonds dans le FCP pour boucler la capitalisation (8% et participation au Compte Courant des associés) dans Sen’Eau, ensuite, le DRHT devra faire fonctionner comme avant le Fonds d’épargne crédit (FEC) et le Fonds d’habitat en attendant les révisions qui tardent à se faire,
– Exiger de la Direction de mettre fin aux restrictions sur les heures supplémentaires, les missions utiles, le carburant, les approvisionnements utiles…
– Exiger de la Direction générale l’ouverture des négociations sérieuses sur le mémorandum, notamment sur : l’augmentation des salaires, la révision de la grille de salaire, de la cotation des postes et dy système d’avancement, l’ouverture de départ anticipé..
– Exiger de la Direction générale la mise à disposition des équipements et matériels de travail afin de permettre aux agents de faire face aux exigences et objectifs du contrat.
– Exiger de la Sen’EAU le reversement des cotisations retenues sur les salaires au titre du FCP dans le compte dédié à IMPAXIS et BRM le gestionnaire,
– Exiger de la Sen’EAU la transparence dans les promotions internes, les nominations…

Enfin, le cadre SATES/UTIS appelle l’ensemble des travailleurs à se tenir prêts et ne pas céder “aux calomnies et à la déstabilisation car, tous les moyens seront utilisés pour que la société respecte les lois en vigueur dans ce pays et tous ses engagements stipulés dans le contrat d’affermage liant le gouvernement du Sénégal au groupe SUEZ”.