NETTALI.COM – Commercialisée frauduleusement sur  le marché par un Libanais, la boisson alcoolisée SprayCandy avait commencé à faire des ravage chez les enfants

Incroyable ! Les Sénégalais sont-ils en sécurité ? La question mérite d’être posée, vu la facilité avec laquelle certains produits alimentaires arrivent sur le marché national et sont commercialisés librement. N’eût été la réactivité des éléments du commissariat central de Rufisque, le pire aurait pu se produire.

En effet, après avoir reçu un renseignement sur les effets nocifs d’une boisson commercialisée dans des gadgets sous forme de pistolet, les limiers ont vite mis en branle un dispositif pour éclairer la lanterne.

Déjà, trois individus ont été interpellés et placés en garde à vue au commissariat de Rufisque. Il s’agit du détaillant, de son grossiste et de leur fournisseur qui se trouve être un Libanais établi à Cambérène.

Tout est parti d’une vidéo qui était largement partagée dans la vieille ville. Deux enfants qui avaient acheté le produit, du nom de Spray Candy, avaient présenté des signes qui ont eu à inquiéter leurs proches. Après avoir ingurgité le produit qui coûte 100 F CFA au détail, l’un est tombé dans un sommeil profond, alors que l’autre était devenu ivre. Suite aux recoupements, la police rufisquoise a pu établir les faits et remonter toute la chaine de commercialisation du produit dangereux pour la santé. Lequel a été retiré des boutiques et magasins concernés, pour les besoins de l’enquête. Et ce n’est que là que les services du ministère du Commerce ont été mis à contribution.

Selon EnQuête, après avoir opéré les saisies, la police a envoyé des échantillons au Laboratoire national d’analyses et de contrôle (Lanac), sous la tutelle dudit ministère. En réponse à cette réquisition, le laboratoire a certifié que le produit est impropre à la consommation et qu’il contiendrait de l’alcool à 6 degrés. Pire, le produit prisé par les enfants a été introduit frauduleusement au Sénégal et commercialisé.

C’est à partir de ce moment que les enquêteurs ont pu passer à l’acte et ont procédé à l’interpellation de toute la bande présumée. Ils sont poursuivis pour contrebande, tromperie sur la qualité de marchandise, mise en danger de la vie d’autrui, entre autres chefs d’inculpation.

D’après le journal, en sus de Rufisque, le produit est également identifié dans des boutiques à Dakar et à Mbour. La police continue de mener l’enquête.