NETTALI.COM – La Division des investigations criminelles a réussi une belle prise. Elle a démantelé un vaste réseau de trafic international de visas. Le chef d’escale de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines à Dakar était au cœur du trafic. Les faussaires au nombre de trois seront déférés devant le Procureur de la République la semaine prochaine.

C’est un impressionnant dispositif que le patron de la Division des investigations criminelles (Dic) a mobilisé pour mettre la main sur deux importantes bandes de trafic de visas et de migrants. Des entreprises de faussaires qui ont pignon sur rue à Dakar. Des malfaiteurs qui ont mis le paquet sur des moyens informatiques, avec la complicité d’autres acteurs dans le transport aérien pour nourrir leur sale besogne. Un crime n’étant jamais parfait, le cerveau B. Wade, son bras droit, M. Thiam et leur complice, J. Ndoye, chef d’escale de la compagnie Ethiopian Airlines à l’aéroport Dakar Blaise Diagne, sont arrêtés par la Dic. Les faussaires qui sont en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire seront présentés au procureur de la République en début de semaine prochaine.

B.Wade confectionnait de faux visas pour des candidats à l’émigration moyennant 4 millions de francs Cfa. Le boss des trafiquants qui doit être un as en informatique confectionnait de faux visas et de fausses cartes de séjour pour l’Espagne. Et pour brouiller les pistes à l’aéroport Blaise Diagne, il avait loué les services de J. Ndoye, chef d’escale d’Ethiopian Airlines. Ce dernier se chargeait de délivrer de faux tickets d’embarquement aux candidats. Surtout qu’ils devaient faire le trajet Dakar-Addis Abeba-Paris-Dubaï. C’est en France que les candidats devraient se fondre dans la masse, si l’opération réussissait.

Seulement, les candidats munis de faux documents, qui ont trompé la vigilance des agents de la Police des airs et des frontières (Paf) à Blaise Diagne, ont été démasqués à Addis-Abeba. En Ethiopie, les cinq candidats sénégalais ont été arrêtés par la police, avant d’être rapatriés à Dakar avec leurs faux documents.

Pour ce qui est de la procédure, en l’espèce, les passagers détenteurs de faux documents de voyage embarquent sous escorte de la police et leurs papiers confiés au Commandant de l’avion. Et une fois à destination, ils sont accueillis par la police des airs. Généralement, ils sont libérés après audition. Mais la plainte déposée par les victimes de B. Wade et sa bande à la Dic a permis à la police de mettre la main sur l’important arsenal du faussaire en chef. Devant les enquêteurs, ils ont tous reconnu les faits à eux reprochés.