NETTALI.COM – Les nouveaux passeports diplomatiques sont soumis à de nouvelles règles d’attribution. Cela, pour les rendre non-accessibles à tout le monde. C’est ce qu’a révélé  la ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall, à l’occasion des débats pour le  vote du budget pour la gestion 2021 de son département.

Le gouvernement du Sénégal a finalement décidé de mettre de l’ordre dans la délivrance des passeports diplomatiques. Et l’effectivité des nouveaux passeports diplomatiques a été revendiquée par les parlementaires qui ont souhaité, hier, lors du vote du budget 2021 du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, que les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans l’acquisition de ce document soient réglées. Il a également été demandé au ministre la mise à disposition de note verbale pour faciliter l’utilisation des passeports diplomatiques et l’acquisition des passeports de service.

Répondant à leurs préoccupations, la ministre Aissata Tall Sall a souligné que ce sont des documents qui caractérisent l’identité et la notoriété du pays qui le délivre. De plus, elle a révélé que le Sénégal dispose de nouveaux passeports diplomatiques soumis à de “nouvelles règles d’attribution, par conséquent nonaccessibles à tout le monde’’. Car, à ses yeux, ce nouveau passeport doit être “fiabilisé et crédibilisé’’, notamment par ses titulaires. Aussi, a-t-elle informé que ce nouveau passeport diplomatique est produit au pays par des Sénégalais et que les demandes de renouvellement dudit document seront traitées dans les 48 heures.

Dans la même dynamique, elle a fait savoir que son département prendra des dispositions pour assurer la délivrance des notes verbales aux parlementaires qui en feront la demande. Puisque, ditelle, en tant que détenteur légal d’un passeport diplomatique, il serait normal de bénéficier dudit document. Recensement des Sénégalais de l’extérieur.

La successeuse d’Amadou Ba à la tête de ce département a souligné, face aux parlementaires, que les priorités vont également porter sur quelques actions, dont l’urgence a été révélée au grand jour par la Covid19. Il s’agit du recensement en cours des Sénégalais de l’extérieur, afin de savoir, avec la “plus grande exactitude possible’’, combien sont-ils, où résident-ils et quelles sont leurs activités professionnelles. “De telles données seront d’une grande utilité pour la formulation des politiques migratoires ainsi que pour la stratégie de veille à l’endroit de nos compatriotes vivant à l’étranger’’, dit-elle.

En ce qui concerne la délivrance des documents, la ministre des Affaires étrangères a admis que c’est un “problème crucial’’ qui touche aussi bien les Sénégalais de l’extérieur que ceux résidant au Sénégal. Ainsi, elle a rassuré que “tout le nécessaire a été mis en place’’ pour permettre à leurs compatriotes d’en disposer. De même, elle a indiqué qu’un “travail remarquable’’ est en train d’être fait pour la sécurisation et la fiabilité de l’état civil. Parmi les priorités de son ministère, Aïssata Tall Sall a relevé la dématérialisation et la simplification des procédures administratives au niveau des ambassades et consulats pour un “service public simple, de proximité, moins coûteux et disponible à temps réel’’. Et sur le recensement des Sénégalais de l’extérieur, elle a notifié l’obligation pour tout Sénégalais de s’enregistrer au niveau des ambassades. A ce propos, elle a informé que les services du secrétaire d’Etat auprès des Sénégalais de l’extérieur ont entrepris des démarches dans ce sens et que les résultats seront communiqués prochainement.