NETTALI.COM – Un couple d’élèves a été condamné à 6 mois de prison avec sursis pour avortement. L’infirmier, qui a pratiqué l’avortement, a écopé de deux mois d’emprisonnement ferme.

Lorsqu’elle est tombée enceinte, l’élève Marie Claude Thioune n’a pas voulu garder sa grossesse. Craignant le regard de la société et un échec scolaire,  la jeune fille a alors sollicité les services de l’infirmier Charles Couly Sall, pour l’interrompre volontairement, alors qu’elle était à son quatrième mois. Malheureusement, l’avortement se déroulera mal car, suite à une complication, elle fut acheminée à l’hôpital et dénoncée à la police.

Entendue par les enquêteurs, Marie Claude révèlera que c’est son petit ami Djiby Diouf, lui aussi élève, qui lui a conseillé de se débarrasser de cette grossesse non désirée. D’ailleurs souligne celle-ci, elle a été mise en rapport avec l’infirmier d’école Charles par une dame nommée Awa. Dissuadé par celui-ci, la prévenue qui voulait à tout prix mettre un terme à sa grossesse, demandera à son petit ami de se faire passer pour son oncle, afin de convaincre l’infirmier. Les deux potaches décident alors de se cotiser afin de pouvoir payer les 50 mille francs Cfa que leur réclamait Charles Couly.

A la barre, Marie Claude Thioune, âgée de 18 ans, reconnaît le délit d’avortement clandestin qui lui est reproché.  « Quand j’ai su que j’étais enceinte, je l’ai dit à mon petit ami Djiby et il m’a dit d’avorter. Il m’a ainsi donné des médicaments traditionnels mais ça n’a pas donné de résultats », a avoué celle-ci. D’après ses allégations tenues à la barre, elle avait peur des critiques de la société et pour son avenir scolaire.

Son petit ami Djiby Diouf quant à lui, a d’abord tenté d’amoindrir ses responsabilités réfutant les faits, avant de revenir sur ses déclarations. « C’est elle qui m’a demandé d’appeler Charles pour me faire passer comme son oncle », reconnait-il. Poursuivant, le jeune homme de 22 ans et en classe de première, explique : « Je ne suis qu’un élève et je n’ai pas de ressources. Je ne lui ai donné aucun sou pour qu’elle se fasse avorter ».

Prévenu d’avoir provoqué un avortement clandestin et d’avoir mis en danger la vie d’autrui, Charles a plaidé coupable. « Je lui ai donné un médicament qui a provoqué son avortement. La fille m’a donné 25 mille francs Cfa », a dit celui-ci.

Le parquet a ainsi requis six de prison ferme contre les deux élèves et 2 ans ferme contre l’infirmier. La défense a sollicité la clémence du tribunal d’autant plus que les prévenus se sont amendés.

Après délibéré, le tribunal a condamné à Djiby Diouf et Marie Claude Thioune à six mois de prison avec sursis. Quant à Charles, il a écopé d’une peine de deux mois de prison ferme.